DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Un premier hôpital de campagne à Londres

euronews_icons_loading
Un premier hôpital de campagne à Londres
Tous droits réservés  MINISTRY OF DEFENCE
Taille du texte Aa Aa

Le premier des trois hôpitaux de campagne montés au Royaume-Uni pour faire face à la propagation du Covid-19 entre en fonction ce jeudi. Notre correspondante Angela Barnes s'est rendue sur place.

L'Excel Center est un hall d'expositions dans l'Est de Londres. En quelques jours, il s'est métamorphosé et a été baptisé NHS Nightingale Hospital. Ce nouvel hôpital est opéré par des médecins du système public de santé britannique, le National Health Service (NHS), venus des quatre coins de l'archipel. Des médecins militaires prêtent aussi main forte, ainsi que des volontaires.

"Une impressionnante opération logistique se déroule ici. Pour commencer, il y a 5 00 lits de soins intensifs dédiés aux patients atteints de Covid-19. Et cette capacité peut en cas de besoin être augmentée pour atteindre 4 000 lits", témoigne notre reporter Angela Barnes_,_ avant de poursuivre:

"Mais il y a aussi l' inquiétude, ici comme ailleurs dans le pays, que le personnel soignant n'ait pas le matériel de protection nécessaire pour garantir sa sécurité".

Des inquiétudes exprimées par le Dr. Claudia Paolini, anesthésite et présidente du syndicat hospitalier "Hospital Consultants and Specialists Associations (HCSA).

"Je me demandent bien d’où proviendront les équipements de protection sensés accompagner tous ces lits supplémentaires. J'espère qu 'ils ont une stratégie à long terme pour maintenir l'approvisionnement des kits à chacun de ces endroits".

Le gouvernement britannique affirme que de l'équipement arrive, dont 170 millions de masques. Mais malgré ces garanties, les pénuries sont menaçantes.

Les respirateurs constituent un autre problèmes. Des industriels aident à en produire davantage, mais le Dr. Claudia Paolini se demande s'il y a assez de personnel formé à s'en servir, ici à Nightingale.

"_Pour faire marcher des lits de réanimation, il faut du personnel qualifié, il faut des infirmières entraînées, des docteurs entraînés, des anesthésistes, des intensivistes... C'est formidable d'avoir autant de volontaires, mais je me demande toujours comment nous allons gérer tous ces lit_s", conclut la syndicaliste.

La capitale est de loin l'endroit le plus touché du pays par la pandémie. A Londres, bien des rues sont vides. Le conseil de "restez chez soi" semble avoir été reçu par la plupart. Mais rien ne garantit que cela suffira pour éviter une surcharge des services de santé britanniques.