DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

" Nous n'avons jamais séquencé un virus si rapidement "

euronews_icons_loading
" Nous n'avons jamais séquencé un virus si rapidement "
Tous droits réservés  euronews
Taille du texte Aa Aa

Comment la pandémie de coronavirus affecte-t-elle les activités de recherche de l'Union européenne ? Jean-Eric Paquet, directeur général de la recherche et de l'Innovation à la Commission européenne nous parle des défis actuels auxquels sont confrontés les chercheurs européens, mais également des nouvelles opportunités à venir.

"L'accès aux laboratoires est très difficile"

"De toute évidence, les scientifiques et les innovateurs, comme le reste de la société, sont profondément affectés par la pandémie et les confinements dans l'ensemble des Etats-membres. Ils sont affectés dans leur vie quotidienne et dans leur travail. Ainsi, pour la plupart des chercheurs, l'accès aux laboratoires est très difficile. Les études sur le terrain sont impossibles. Par exemple, nous avons des équipes qui font de la recherche dans l'Arctique. Elles sont interrompues, et la saison va être clôturée. L'impact et la perturbation sont donc bien réels ".

Flexibilité dans l'organisation du travail des chercheurs en cette période de pandémie

"Nous serons très flexibles sur les deux derniers mois, compte tenu des conditions de travail des chercheurs. S'ils travaillent à domicile et qu'ils ne sont pas en laboratoire, c'est évidemment acceptable et nous veillerons à ce que cela soit bien compris, de manière à ce qu'il n'y ait pas d'écart dans leur recherche, mais aussi pas de conséquence, dans la mesure du possible, sur l'emploi des chercheurs qui n'ont pas de contrat à temps plein ".

Le digital crée un "grand élan" pour les scientifiques

"Ce qui se passe pour la communauté de la recherche en Europe, et dans une certaine mesure également pour d'autres domaines d'activité, c'est que de nouvelles opportunités se présentent. Je pense que nous découvrons de nouvelles façons de travailler. Des façons de travailler qui s'orientent davantage vers le monde numérique . Et je pense que cela peut aussi potentiellement créer un grand élan pour que les scientifiques travaillent à travers les disciplines, à partir de leur propre laboratoire ou structure, parce que chacun devient disponible de manière différente".

Une mobilisation scientifique sans précédent

"Ces huit dernières semaines, je n'ai jamais vu une telle mobilisation de la communauté scientifique. Je pense que c'est sans précédent. L'échelle, la qualité, l'interaction, les résultats mis à disposition ... Nous n'avons jamais séquencé un virus si rapidement. Et cela est dû au fait qu'il y a une coopération internationale "