EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Affaire Cummings, le scandale qui embarrasse Downing Street

Dominic Cummings
Dominic Cummings Tous droits réservés Alastair Grant/Copyright 2019 The Associated Press. All rights reserved
Tous droits réservés Alastair Grant/Copyright 2019 The Associated Press. All rights reserved
Par Pierre Michaud
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Un des plus proches conseillers de Boris Johnson a enfreint les règles du confinement alors qu'il présentait des symptômes du coronavirus.

PUBLICITÉ

C'est le dernier scandale lié au coronavirus outre-manche. Dominic Cummings, l'un des plus proches conseillers du premier ministre Boris Johnson est accusé d'avoir enfreint les règles du confinement.

Fin mars, il a quitté son domicile londonien alors qu'il présentait des symptômes du covid-19 et s'est rendu avec sa femme et son fils chez ses parents dans le nord du pays.

Aux journalistes venus le questionner, Dominic Cummings a assuré avoir agi "de manière raisonnable et légale".

Au moment des faits, le gouvernement imposait de ne sortir que pour des besoins essentiels et exigeait des personnes symptomatiques de ne pas sortir de leur domicile.

La révélation de ce déplacement de 400 km en plein confinement choque le deuxième pays dans le monde le plus durement touché par la pandémie, la polémique vient embarrasser Boris Johnson, déjà cible de critiques sur sa gestion de la crise.

Samedi, Downing Street a nié l'information selon laquelle la police avait rappelé Dominic Cummings à l'ordre et assuré le conseiller du soutien du Premier ministre.

Si le ministre des Affaires étrangères Dominic Raab appelle à "ne pas politiser cette affaire", beaucoup de voix s'élèvent dans l opposition pour demander une démission ou un renvoi du puissant et controversé Dominic Cummings.

Cette affaire n'est pas une première : fin mars, un autre conseiller du gouvernement avait dû démissionner pour avoir accueilli sa maîtresse à son domicile. Début avril, la cheffe des services sanitaires écossais, Catherine Calderwood, avait dû quitter son poste après la publication de clichés la montrant dans sa résidence secondaire.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le Royaume-Uni cherche à rétablir ses relations avec l'UE

No comment : un championnat mondial de course d'escargot en Angleterre

Royaume-Uni : le vote pour les élections générales est en cours