DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Russie : six ans de prison requis contre une journaliste accusée de "justifier le terrorisme"

euronews_icons_loading
Russie : six ans de prison requis contre une journaliste accusée de "justifier le terrorisme"
Tous droits réservés  Кадр из видео AP
Taille du texte Aa Aa

Le parquet russe a requis vendredi six ans de prison contre une journaliste accusée de "justification du terrorisme" à cause d'une chronique, un procès qui a suscité l'indignation des organisations de défense des droits humains.

Leur rassemblement aura tourné court. En Russie, des manifestants venus devant le quartier général du FSB soutenir une journaliste poursuivie par la justice ont été évacués peu après le début du rassemblement par les forces de l'ordre.

En tout, 16 personnes ont été interpellées, dont des journalistes. Tous étaient venu dénoncer le procès à l'encontre d'une de leurs consœurs, accusée de "justification du terrorisme". Un procès qui a suscité l'indignation des organisations de défense des droits humains.

Svetlana Prokopieva, basée à Pskov (nord-ouest) et qui travaille pour le service russe du média américain Radio Free Europe/Radio Liberty, se voit reprocher un article sur un attentat qui avait visé le siège d'une antenne régionale des services de sécurité (FSB) en 2018.

Un adolescent se revendiquant anarchiste s'était fait exploser dans le bâtiment du FSB à Arkhanguelsk (nord-ouest), blessant trois membres des services de sécurité.

Quelques jours plus tard, Mme Prokopieva avait lu à l'antenne locale de la radio Echo de Moscou une chronique où elle liait cet attentat-suicide au climat politique instauré dans le pays par Vladimir Poutine et dénonçait la toute puissance des services de sécurité.

"La société va se dégrader, et les répressions se renforceront jusqu'à ce que les gens commencent à exprimer leur colère. Je ne sais pas jusqu'où cela peut aller. Nous avons l'exemple de la Corée du Nord. Je doute que quiconque veuille avoir la même chose ici", explique ce manifestant.

Le parquet russe a requis vendredi six ans de prison contre la journaliste. Le verdict doit être connu lundi alors que plusieurs ONG de défense des droits de l'Homme et les médias russes indépendants ont dénoncé ces poursuites.