DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Un autre incendie dans le camp de réfugiés de Moria, l'aide arrive mais pas assez vite

euronews_icons_loading
Un autre incendie dans le camp de réfugiés de Moria, l'aide arrive mais pas assez vite
Tous droits réservés  Petros Giannakouris/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Le feu a de nouveau frappé la nuit dernière dans le camp de réfugiés de Moria, sur l'île de Lesbos en Grèce. La veille, des incendies plus étendus avaient déjà détruit la plupart du camp et laissé des milliers de demandeurs d'asile sans aucun abri. Les incendies n'ont pas fait de blessé, du moins aucun qui n'ait été signalé.

Le temps que de l'aide arrive, que des solutions soient trouvées, la plupart des migrants se sont retrouvés livrés à eux-même.

"On n'a nulle part où aller puisque tout a brûlé, alors nous avons dormi dehors et nous continuerons à la bonne étoile. Aucune organisation, aucune agence gouvernementale grecque n'est venue ici pour nous aider un peu" explique Leonie Raymon, réfugié du Cameroun.

"Ce que nous aimerions vraiment, c'est l'aide de la communauté internationale pour nous sortir d'ici, juste sortir d'ici" ajoute Jessie Dongocataba, un réfugié de la république démocratique du Congo.

8 700 adultes et 4000 enfants doivent être pris en charge sur cette île qui compte environ 85 000 habitants.

Un ferry est arrivé hier soir dans le port de Mytilène, il peut accueillir un millier de migrants. Deux bâtiments de la marine grecque arrivent ce jeudi et des tentes vont être installées. Certains ont pu être évacués par avion vers le continent.

Selon le ministre grec des Migrations Notis Mitarachi, des demandeurs d'asile qui protestaient contre la quarantaine imposée après la détection de cas de Covid-19 sont à l'origine des incendies. Les conditions d'accueil du camp de Moria, plus que surpeuplé, étaient déjà dénoncées depuis des années par les ONG, et sont, sans doute, tout autant à blâmer pour expliquer cette crise.