DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Pas d’unanimité de l’UE pour sanctionner le pouvoir bélarusse

euronews_icons_loading
Pas d’unanimité de l’UE pour sanctionner le pouvoir bélarusse
Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

L'opposition bélarusse fait entendre sa voix auprès de l'Union européenne. Svetlana Tikhanovskaïa était à Bruxelles lundi pour demander aux responsables politiques de faire preuve de courage et de prendre des mesures contre le pouvoir en place.

Figure de l'opposition Svetlana Tikhanovskaïa a montré, photos à l'appui, les violences employées par les forces de l'ordre, contre les manifestants. L'ancienne candidate à l'élection présidentielle estime qu'après plus d'un mois de rassemblements pacifiques rien n'a changé dans le pays. "Maintenant je comprends que nous avons besoin d'une aide extérieure", reconnait-elle.

Mais il n'est pas encore question de sanctions de l’UE contre Minsk, comme le souhaite pourtant Svetlana Tikhanovskaïa. Les 27 ministres des Affaires étrangères réunis à Bruxelles ne sont pas parvenus à s'entendre. Si la volonté politique est bien là il faut aussi obtenir l'unanimité des Etats membres. Or Chypre bloque le processus.

Pour donner son feu vert Nicosie souhaite l'adoption de sanctions identiques contre la Turquie qui déploie un navire de forage dans la zone maritime chypriote. "La république de Chypre soutient le plan sur la table concernant le Bélarus et ne met pas de véto. Il y a avait une décision selon laquelle les propositions de sanctions contre le Bélarus et la Turquie devaient avancer de façon parallèle ", rappelle le ministre chypriote des Affaires étrangères, Nikos Christodoulides.

La décision reviendra aux chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union qui se retrouveront à partir de jeudi à Bruxelles. Ce sommet européen portera sur les relations internationales. D'ici là les tractations politiques vont s'intensifier.