DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Confinés à Madrid, masqués à Rome : le point sur la pandémie de coronavirus

euronews_icons_loading
A passenger arrives at Atocha rail station on an electric scooter in Madrid, Spain, Saturday, Oct. 3, 2020.
A passenger arrives at Atocha rail station on an electric scooter in Madrid, Spain, Saturday, Oct. 3, 2020.   -   Tous droits réservés  Paul White/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Madrid sous blocage partiel : pour tenter de contenir l'épidémie de coronavirus les habitants de la capitale espagnole ne peuvent plus sortir de la ville sauf pour raison impérieuse.

La mesure est valable pour neuf agglomérations voisines de Madrid où là aussi les habitants sont cloîtrés dans les limites de leurs communes.

"J'ai une autorisation de me déplacer, je vais travailler. On ne peut pas tout arrêter n'est-ce pas ? J'ai besoin de travailler" dit cette femme.

Rome et sa région instaurent à partir de lundi le port du masque obligatoire à l'extérieur. En cas de non-respect, les contrevenants risquent une amende de 400 euros.

"Je crois que c'est juste et c'est nécessaire, sinon on n'en finira jamais avec les polémiques sur le porter ou non"

En Allemagne, les "anti-corona" continuent de faire du bruit et d'ignorer ostensiblement les mesures de distanciations avec ce samedi cette chaîne humaine au bord du lac de Constance pour protester contre les restrictions liées à la pandémie de Covid-19.

Pour cette dame, c'est à chacun de se tenir informé et de prendre les décisions qu'il convient.

De son côté, la Russie enregistre 9 000 nouveaux cas de contamination au Covid, mais n'envisage pas un nouveau confinement alors que de nombreux Moscovites s'inquiètent d'une accélération de l'épidémie.

"À voir les nouvelles infections, je crois qu'une deuxième vague est probable et qu'on doit rester sur nos gardes."

La Russie est le quatrième pays au monde le plus touché par le Covid en terme de contaminations, mais n'enregistre officiellement que 21 000 décès depuis le début de la pandémie.