DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : au nord-est de Madrid, des villages indemnes

euronews_icons_loading
Coronavirus : au nord-est de Madrid, des villages indemnes
Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

C'est un village de la région de Madrid, la plus affecté par la pandémie en Espagne. Mais ici comme dans plusieurs autres localités de la zone montagneuse au nord de Madrid, aucun cas de coronavirus. Peut-être parce qu'elles sont peu densément peuplées ou grâce à la distance entre les maisons.

« Ils sont venus par centaines »

Javier Casas vit à Navarredonda y San Mamés depuis 15 ans. Lui et ses voisins ont scrupuleusement respecté les consignes de distanciation dès l'apparition du virus, mais à la levée du confinement, l'afflux de Madrilènes dans le village a changé la donne.

« Ils voulaient partir et ne pouvaient pas sortir de la région, alors qu'ont-ils fait ? Ils sont allés là où c'était le plus près et le plus confortable, un bel endroit comme ce village, qui est magnifique, raconte-t-il. Seulement, ils sont venus par centaines, des centaines de personnes et de voitures, et on a eu un peu peur. Nous n'osions pas aller boire un verre au bar le week-end pour ne pas nous exposer. »

Javier est un fidèle client de la fromagerie artisanale du village, tenue par un éleveur, la plus ancienne de la région de Madrid, assure fièrement son propriétaire. Mais avec la pandémie, les ventes ont chuté de près de 30 %.

« Sans travail, il n'y a pas de santé »

« Au début, les habitants disaient : personne ne vient, c'est la ruine, se souvient Francisco Javier Colmenarejo. Et quand les gens ont déferlé, ils ont dit : ils vont nous filer le virus. En fait, ni l'un ni l'autre. Et je reconnais que la santé, c'est très important, mais sans travail, il n'y a pas de santé. »

Malgré l'afflux de nouveaux résidents fuyant la pandémie, certaines localités de la région ont évité le coronavirus. Et avec l'instauration de l'état d'alerte, les touristes venant de la capitale seront moins nombreux durant deux semaines au moins.

À Robledillo de la Jara, le compteur des contaminations reste aussi à zéro. Avec la pandémie, une quarantaine de personnes sont venues séjourner dans ce village d'une centaine d'habitants. Alors le maire est resté en lien étroit avec ses administrés.

« Je les appelais toutes les semaines pour savoir s'ils avaient besoin de quelque chose, explique Guillermo Crescente Garcia. Je leur posais les questions habituelles, on discutait un moment, parce qu'il y a aussi des personnes veuves qui vivent seules et qui ont tout simplement besoin de parler de temps en temps. »

À présent, c'est la seconde vague que le village s'efforce de tenir éloignée…