DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Haut-Karabakh : une paix sous l'oeil de Moscou

euronews_icons_loading
Soldats russes en partance pour le Haut Karabakh
Soldats russes en partance pour le Haut Karabakh   -   Tous droits réservés  Service de presse du ministère russe de la Défense via AP
Taille du texte Aa Aa

C'est une paix sous contrôle de Moscou qui a été signée entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan. Les deux pays qui se disputaient la région du Haut Karabakh ont conclu un cessez-le-feu. Deux mille soldats russes seront déployés dans cette zone, et Bakou pourra garder la mainmise sur des territoires qui lui échappaient.

"Je suis heureux d'avoir signé cet accord historique", a déclaré Ilham Aliyev, Président de l'Azerbaïdjan. "Je suis heureux que nous retournions dans notre patrie, notre Karabakh natal, à Chouchi, le joyau de notre Karabakh, et que nous puissions habiter ces terres pour toujours. Après cela, personne ne pourra plus nous en déloger".

Une annonce qui a du mal à passer côté arménien : des centaines de personnes se sont réunies à Erevan devant le siège du gouvernement, dont l'entrée a été forcée.

"Cette décision a été prise après examen de la situation militaire", indique Nikol Pachinian, Premier ministre arménien, "et sur la base des évaluations de ceux qui en ont la meilleure expertise. Nous devons comprendre que notre armée a combattu des terroristes, la deuxième armée de l'OTAN [qui est l'armée turque], et celle de l'Azerbaïdjan".

Ankara a réaffirmé son soutien à l' Azerbaïdjan.

"C'est l'Arménie qui a toujours rompu les cessez-le-feu", affirme Mevlut Cavusoglu, ministre des affaires étrangères de Turquie. "C'est l'Arménie qui voulait que la guerre et les combats continuent. L'Arménie a payé un lourd tribut à cela".

Les troupes russes seront positionnées sur le corridor de Latchine, qui relie Stepanakert au territoire arménien, et sur la ligne de contact, pour une durée initiale de cinq ans.