DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le cirque Zavatelli anesthésié par le Covid-19

euronews_icons_loading
Le cirque Zavatelli anesthésié par le Covid-19
Tous droits réservés  Kenzo TRIBOUILLARD / AFP
Par euronews
Taille du texte Aa Aa

Un cirque immobile et presque inerte. C'est l'image que renvoit le cirque Zavatelli, bloqué en Belgique depuis presque un an à cause du coronavirus. Habituellement sur les routes d'Europe et visitant une trentaine de villes par an, la troupe n'a pu se produire que quelques fois devant un public réduit, et encore, en dehors des périodes de confinement.

- Kevin Dubois, acrobate : "Nous, nous sommes des cirques itinérants donc on voyage de ville en ville, et pour nous, qu'il ne bouge pas comme ça, pour nous c'est un cirque qui est mort. Ca n'a plus de vie."

Simon Dubois, le directeur du cirque, poursuit : "On a déjà eu des petites soucis comme la grippe aviaire, des choses comme ça, mais ça durait quinze jours, trois semaines. Mais rester près d'un an sans pouvoir donner de spectacles, heureusement ça ne nous était jamais arrivé."

Avec un grand chapiteau qui n'est même pas monté, les acrobates répètent en plein air et au sol des numéros qu'ils effectuent d'habitude à dix mètres du sol.

Nicky Dubois : "Pour moi ce n'est pas possible, il faut absolument que le chapiteau il soit monté parce que sinon je peux pas tourner dedans. J'ai peur que le jour où je remonte dedans, que j'aie comme un vertige, ou que je n'aie plus la pratique, quoi, et ça il faut vite s'entraîner parce que si on perd la pratique c'est fini quoi."

Le cirque Zavatelli en profite pour vérifier et entretenir les équipements électriques. Tous ici n'attendent qu'un chose, pouvoir se retrouver à nouveau sous les feux de la rampe, ce qu'ils font, après tout, depuis 200 ans. Mais ce n'est pas pour tout de suite...