DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Brexit : les positions entre Londres et Bruxelles restent "très éloignées" (von der Leyen)

euronews_icons_loading
Brexit : les positions entre Londres et Bruxelles restent "très éloignées" (von der Leyen)
Tous droits réservés  Frank Augstein/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Une chose est certaine : le dîner de mercredi soir n'aura pas permis de régler l'accord post-Brexit. Le Premier ministre britannique Boris Johnson s'est entretenu avec la présidente de la Commission européenne Ursula Von der Leyen pendant plus de trois heures ce mercredi soir à Bruxelles pour tenter d'arracher un accord qui encadrera les relations commerciales entre le Royaume-Uni et l'Union européenne après la période de transition, qui s'achève fin décembre.

Ursula von der Leyen a évoqué une "discussion intéressante et animée", mais les positions de Londres et Bruxelles restent "très éloignées". Les deux parties se laissent jusqu'à dimanche pour décider de l'avenir de leurs négociations.

Londres et Bruxelles devaient encore lever d'importants points de blocage : la question de l'accès européen aux eaux britanniques, point sur lequel la France sera intransigeante, la manière de régler les différends commerciaux, et les conditions de concurrence équitable.

L'Union européenne exige des garanties du Royaume-Uni pour que ce dernier accède à son marché sans droits de douanes ni quotas. Pas question en effet pour Bruxelles de voir surgir une économie dérégulée à sa porte et une concurrence déloyale en matière de droit du travail ou de fiscalité.

De son côté, la chancelière allemande Angela Merkel entend maintenir l'intégrité du marché unique. "Il y a encore une chance de parvenir à un accord", a-t-elle assuré ce mercredi. "Je ne pense pas que nous saurons dès demain si cela a abouti. Je ne peux pas vous le promettre. Nous y travaillons encore, mais nous sommes préparés au fait qu'il y a des conditions que nous ne pouvons pas accepter. S'il y a des conditions du côté britannique que nous ne pouvons pas accepter, nous sommes prêts à emprunter un chemin sans accord de sortie. Car une chose est claire : l'intégrité du marché unique doit être préservée".

Le Royaume-Uni et l'Union Européenne auraient trouvé un terrain d'entente pour faciliter le commerce vers l'Irlande du Nord en cas d'absence d'accord commercial, affirment des médias irlandais.

En cas d'échec des négociations, les échanges entre Londres et l'UE se feront dès le 1er janvier selon les règles de l'Organisation mondiale du commerce, ce qui signifie un retour de droits de douane. Mais si un accord est conclu, il devra encore être ratifié par les Parlements britannique et européen avant d'entrer en vigueur.