DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Comment Dubaï concurrence Hollywood dans l'industrie mondiale du film

euronews_icons_loading
euronews
euronews   -   Tous droits réservés    -   Credit: Dubai
Taille du texte Aa Aa

"Star Trek", "Vanguard" et "Mission Impossible" font partie des blockbusters qui ont été tournés à Dubaï. La société de production locale Filmworks a vu ce secteur croître depuis vingt ans sur place.

Julie Smythe est la porte-parole du groupe."On a ouvert nos portes en 1998 et à l'époque, il n'y avait pas tellement de tournages internationaux qui se faisaient dans le pays," se souvient-elle. "Après plusieurs années, les choses ont changé, on a commencé à voir arriver des réalisateurs beaucoup plus connus et en 2004, on a travaillé sur notre premier long-métrage "Syriana"," raconte la représentante de Filmworks.

"Le secteur a vraiment commencé à se développer très rapidement après cela," poursuit Julie Smythe. "Il l'a fait sur le même rythme que l'émirat de Dubaï lui-même et notre activité a décollé à toute vitesse," dit-elle.

Faire vite et à moindre coût

D'une valeur de plus de 2,8 milliards d'euros au niveau mondial, l'industrie du film représente 420 millions d'euros à l'échelle locale. La Dubai Film and TV Commission encourage la production de films étrangers dans la ville.

Son PDG Jamal Al Sharif nous explique pourquoi l'émirat de Dubaï est devenu une destination populaire auprès des producteurs. _"Nous devions être capables de gérer leur production aussi vite que possible et de faire baisser leurs coûts : ainsi, la Commission du Film a apporté son aide de ce point de vue,"_indique-t-il. "Nous avons travaillé avec de nombreuses sociétés de production pour réduire leurs coûts jusqu'à 40-50%," affirme-t-il.

"Toutes les productions qui se font ici contribuent à l'économie locale : par exemple, "Star Trek" a été, je dirais, l'un des plus grands films d'Hollywood tourné sur place et son tournage a représenté plus de 30 millions de dollars pour Dubaï," fait-il remarquer.

Encourager les talents locaux

Des films à plus petit budget sont aussi tournés à Dubaï. C'est là qu'est établi Faisal Hashmi dont les court-métrages ont été remarqués au plan international.

"Je fais beaucoup de films dans l'univers de l'horreur et du thriller, donc ils s'exportent très bien," précise le jeune réalisateur indépendant. "C'était génial de les présenter dans des festivals en Europe et aux États-Unis et les gens disaient : Oh j'aimerais bien voir ce film ! Ils voulaient savoir à quoi ressemblent les films d'horreur de la région," indique-t-il.

La ville soutient aussi ces jeunes talents du cinéma. Originaire de Dubaï, Eva Peterson, 10 ans, vient de passer une audition pour un rôle aux côtés de la star Ben Affleck.

"C'est tellement amusant de participer à un film," assure la fillette. "J'espère être retenue lors d'un casting et continuer à passer des auditions pour de grands films," renchérit-elle.

L'industrie du film de Dubaï espère comme la jeune Eva s'imposer à l'écran pour longtemps.

Journaliste • Evan Bourke