DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region
euronews_icons_loading
Mike Pence et Nancy Pelosi au Congrès
Mike Pence et Nancy Pelosi au Congrès   -   Tous droits réservés  J. Scott Applewhite/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved

Le Congrès américain valide finalement la victoire de Joe Biden à la présidentielle

Joe Biden est consacré 46ème président des Etats-Unis : malgré les scènes d'insurrection qui ont causé le chaos au sein du Capitole, les élus du Congrès ont finalement validé la victoire du candidat du Parti démocrate à la présidentielle qui s'est tenue le 3 novembre dernier. C'est le vice-président, Mike Pence, qui a certifié le vote de 306 grands électeurs en faveur du démocrate contre 232 en faveur de Donald Trump.

Plusieurs sénateurs républicains, mais pas tous, ont d'ailleurs fait volte-face, ne s'opposant pas à la certification de la victoire de Joe Biden.

Washington reste néanmoins sous le choc, des voix s'élèvent et appellent même le vice-président sortant Mike Pence à déclarer "inapte"Donald Trump en vertu du 25e amendement.

Mike Pence a pris la parole au sénat, mais pour remercier les forces de l'ordre :

"Nous serons toujours reconnaissants envers les hommes et les femmes qui sont restés à leur poste pour défendre ce lieu historique. À ceux qui ont fait des ravages dans notre capitale aujourd'hui, vous n'avez pas gagné. La violence ne gagne jamais".

"Les États-Unis et le Congrès des États-Unis ont fait face à des menaces bien plus grandes que la foule déchaînée que nous avons vue aujourd'hui. Nous n'avons jamais été dissuadés de faire notre travail auparavant et nous ne le serons pas aujourd'hui. Ils ont essayé de perturber notre démocratie. Ils ont échoué" a déclaré à son tour Mitch McConnel, chef des républicains au sénat.

Pour Chuck Schumer, chef des démocrates au sénat, "les événements d'aujourd'hui ne se sont pas produits spontanément. Le président sortant a promu les théories de conspiration qui ont motivé ces voyous, le président les a exhortés à venir dans la capitale de notre nation, les a encouragés. Il ne décourage presque jamais la violence et l'encourage le plus souvent. Ce président porte une grande part de responsabilité".

La républicaine Kelly Loeffler, qui vient de perdre l'élection sénatoriale en Géorgie, a également déclaré : "lorsque je suis arrivé à Washington ce matin, j'avais pleinement l'intention de m'opposer à la certification. Cependant, les événements qui se sont produits aujourd'hui m'ont obligé à reconsidérer ma position et je ne peux pas maintenant, en toute bonne conscience, m'opposer à cette certification".

Elle faisait référence aux violences, au chaos et à la mort de la partisane de Donald Trump dans l'enceinte du Capitole.

Polémique au Congrès et sur les réseaux sociaux sur les partisans de Trump : antifa ou QAnon ?

Un élu républicain de Floride à la chambre des représentants toujours pro-Trump a mis en cause la gauche radicale dans les violences du Capitole. Matt Gaetz a notamment déclaré "certaines des personnes qui ont assailli le Capitole aujourd'hui n'étaient pas des partisans de Trump, ils se sont fait passer pour des partisans de Trump et étaient en fait des membres du groupe terroriste violent antifa". Une intox comme l'a démontré ici Radio Canada .

Il s'avère que ce sont plutôt des membres de l'extrême droite, notamment du groupe complotiste QAnon.