DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Retards d'AstraZeneca : l'UE ordonne l'inspection de l'usine belge

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
Retards d'AstraZeneca : l'UE ordonne l'inspection de l'usine belge
Tous droits réservés  Mark Carlson/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

La Commission européenne maintient la pression depuis l'annonce de retard de livraisons du vaccin AstraZeneca. Elle a ordonné l'inspection d'une usine en Belgique, où est produit le sérum.

L'usine Novasep de Seneffe, dans le sud de la Belgique, est au coeur d'un bras de fer entre deux géants : l'Union européenne et AstraZeneca, qui a annoncé des retards de livraisons de son vaccin contre le Covid-19.

Le laboratoire justifie cette mauvaise nouvelle par une "baisse de rendement" chez son sous traitant, qui produit une partie des vaccins en Belgique. Mais Union européenne n'est pas convaincue et a réclamé une inspection du site par les gendarmes sanitaires belges.

"Nous ne faisons pas de commentaires sur l'étendue de la raison pour laquelle elle a été entreprise, sur ce qui a été ordonné, parce que cela entre dans le cadre de cette inspection et nous ne pouvons pas faire de commentaires à ce sujet", a déclaré Stefan De Keersmaecker, le porte-parole de la Commission européenne.

D'après l'AFP et Belga cités par 20minutes, leur objectif est de "s’assurer que le retard de livraison était bien dû à un problème de production" sur le site. Leur rapport sera rendu d’ici "quelques jours".

Les Britanniques favorisés ?

L'Union européenne réclame en outre au groupe de compenser le problème grâce à ses autres usines, notamment au Royaume-Uni. Mais le PDG français de la firme suédo-britannique, Pascal Soriot, affirme que le contrat signé avec Londres stipule que la production "issue de la chaîne d’approvisionnement britannique irait d’abord au Royaume-Uni".

Bruxelles a prémmandé jusqu'à 400 millions de doses au laboratoire, qui pourrait bien n'honorer qu'un quart des livraisons prévues au premier trimestre, selon une responsable européenne.

De son côté, AstraZeneca assure n'avoir pris aucun engagement contractuel. "On a dit : on fera de notre mieux, sans garantie de réussir", assure Pascal Soriot. L'accord passé entre l'UE et AstraZeneca n'a pas été rendue public.