This content is not available in your region

Le Brexit empêche l'importation de colonies d'abeilles au Royaume-Uni

Access to the comments Discussion
Par Stephane Hamalian  & Euronews  avec Luke Hanrahan
euronews_icons_loading
Le Brexit empêche l'importation de colonies d'abeilles au Royaume-Uni
Tous droits réservés  Michael Probst/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved

Les Britanniques peuvent-ils importer des abeilles en provenance de l'Union européenne ? C'est la question que se pose Patrick Burfet, apiculteur dans le Kent. Avec l'entrée en vigueur du Brexit, l'arrivée de ces insectes "made in Europe" pose problème au Royaume-Uni.

"C'est grotesque" déplore cet ancien partisan du "leave" (ndlr : sortie de l'UE), qui regrette aujourd'hui son vote, car 15 millions d'abeilles élevées pour son exploitation dans le sud de l'Italie sont bloquées.

"Je suis dans les affaires depuis quarante ans ; je n'ai jamais pensé entrer dans un processus qui allait être préjudiciable non seulement pour moi, mais aussi pour le pays".

Depuis la fin de la période de transition qui régissait les liens commerciaux entre Londres et Bruxelles, seules les abeilles reines peuvent être importées au Royaume-Uni, excluant de facto les colonies.

La commande de Patrick, passée depuis le mois de mars 2020 est donc en suspens. "Je suis censé payer cette facture" explique-t-il.

L'homme songe à faire transiter ses abeilles par l'Irlande du nord, toujours soumise aux règles européennes. Mais là encore, les autorités se sont interposées. "Ils ont dit qu'ils les renverraient, les détruiraient et me poursuivraient en justice" indique-t-il. "Je leur ai demandé de me fournir la législation qu'ils appliquent pour prendre cette mesure ; je ne l'ai jamais obtenue, parce qu'il n'y en a pas".

Je suis dans les affaires depuis quarante ans ; je n'ai jamais pensé entrer dans un processus qui allait être préjudiciable non seulement pour moi, mais aussi pour le pays.
Patrick Burfet
Apiculteur britannique, partisan du "Leave"

Et ce problème touche non seulement les apiculteurs, mais aussi toute l'industrie fruitière, dépendante des abeilles pour polliniser les arbres en fleur. Sans elles, la productivité des exploitations, notamment de la poire, baisserait de 20%.

"Nous allons devoir remplacer nos récoltes, par des récoltes européennes, c'est une catastrophe. Dans dix ans, nous nous demanderons comment une industrie entière peut se retrouver dans une telle situation. C'est sans aucun doute le glas de l'apiculture, nous ne pouvons pas remplacer les pertes de nos ruches indigènes, c'est impossible" s'indigne Patrick.

Le gouvernement britannique se dit conscient du problème et travaille avec les administrations décentralisées pour trouver une solution. En attendant, le projet d'importation d'abeilles via l'Irlande est toujours en cours pour Patrick.