DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Il faut "calmer cette rhétorique" du Brexit assure le vice-président de la Commission européenne

Access to the comments Discussion
Par Shona Murray  & Euronews
euronews_icons_loading
Il faut "calmer cette rhétorique" du Brexit assure le vice-président de la Commission européenne
Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

Les secousses du Brexit se font toujours ressentir. Les tensions sont particulièrement fortes en Irlande du Nord où de plus en plus de voix se font entendre pour dénoncer les dispositions commerciales entre l'île d'Irlande et la Grande-Bretagne.

Maros Sefčovič demande plus de modération dans les propos concernant le protocole sur l'Irlande et l'Irlande du Nord."Je pense qu'il est vraiment important de baisser d'un ton, de calmer cette rhétorique car nous devons vraiment créer cette atmosphère favorable à la mise en oeuvre du protocole", explique-t-il. Selon l'accord conclu entre les 27 et Londres, l'Irlande du Nord reste au sein du marché unique. Cet arrangement doit éviter le retour d'une frontière physique sur l'île d'Irlande, la frontière douanière se situe donc en mer d'Irlande.

Le choix britannique de soutenir un Brexit dur nécessite dès lors un plus grand niveau de contrôle pour les produits agro-alimentaires qui viennent de Grande-Bretagne et qui arrivent en Irlande du Nord. Si l'UE reconnaît que cette surveillance est intense, elle estime que Londres ne respecte pas cette partie de l'accord. "Nous sommes prêts à faire notre part mais nous devons aussi voir comment le Royaume-Uni remplit ses engagements", précise Maros Sefčovič.

Les tensions se sont accentuées après les revirements de la Commission européenne sur les vaccins. Dans un premier temps elle a voulu présenter l'Irlande du Nord comme un territoire d'exportation des sérums. Un peu plus tard l'institution est revenue sur cette décision. L'affaire a provoqué la colère de Londres. Mais les 27 soulignent que ce protocole n'est pas négociable. "Je pense que nous avons déjà eu un avant-goût avec le projet de loi britannique sur le marché intérieur où nous avons démontré que nous cherchions des solutions, que nous restions calmes dans notre approche", souligne le vice-président. Maros Sefčovič reconnaît que la Commission a fait une erreur sur la question des exportations de vaccins. Mais il souligne que le protocole est l'unique solution aux problèmes provoqués par le Brexit.