DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L'UE entend renforcer le multilatéralisme sans sacrifier ses intérêts

euronews_icons_loading
L'UE entend renforcer le multilatéralisme sans sacrifier ses intérêts
Tous droits réservés  Francisco Seco/AP
Taille du texte Aa Aa

Dessiner la stratégie commerciale de l'Union européenne pour les années à venir. Voici l'ambition du projet présenté ce jeudi par la Commission européenne, qui entend renforcer son action en faveur du multilatéralisme sans sacrifier ses intérêts.

"Nous envisageons d'être plus systémique dans la manière dont nous utilisons les outils de commerce, de défense et d'application de la loi. Nous voulons aussi développer nos propres outils si d'autres pays agissent en dehors du cadre des règles internationales", détaille au mirco d'Euronews le vice-président letton de la Commission, Valdis Dombrovskis.

Le Commissaire européen au commerce prévient : "Nous agirons de manière multilatérale chaque fois que nous le pourrons, mais nous sommes prêts à agir de manière autonome si nous le devons".

L'accord de Paris, argument commercial "essentiel"

Cette stratégie a l'ambition de répondre à la crise économique provoquée par le covid-19. A travers son projet la Commission veut aussi se projeter dans la transition écologique à l'échelle mondiale.

"Nous évoluons dans le cadre de l'OMC (Organisation mondiale du commerce) à travers ce que nous appelons l'initiative d'engagement en faveur de la consommation verte, qui vise à faciliter les échanges de biens et de services durables, et à garantir qu'il n'y ait pas d'obstacles au commerce de biens respectueux de l'environnement. Nous ferons aussi de l'adhésion à l'accord de Paris un élément essentiel de nos négociations de libre-échange", assure Valdis Dombrovskis, qui a salué ce vendredi le retour officiel des Etats-Unis dans l'accord de Paris sur le climat.

Pour certains analystes, cette nouvelle orientation ne marque toutefois pas une rupture de la politique commerciale européenne. Ainsi, pour Uri Dadush, chercheur pour le think tank Bruegel, "il y a une continuité sur les questions vraiment importantes que sont le soutien à l'OMC, la relation forte avec les États-Unis, et l'accent mis sur les accords bilatéraux".

La Commission européenne souligne que la politique commerciale soutient 35 millions d'emplois au sein de l'Union des 27.