DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Il est désormais interdit de se couvrir le visage en Suisse

euronews_icons_loading
Il est désormais interdit de se couvrir le visage en Suisse
Tous droits réservés  AP / Salvatore Di Nolfi
Taille du texte Aa Aa

Il sera désormais interdit de couvrir le visage en Suisse. Les électeurs ont approuvé à une courte majorité la proposition de l'extrême droite qui visait notamment, sans le dire explicitement, à prohiber le port du voile intégral dans l'espace public. Le texte de l'UDC n'évoque ni la burqa ni le niqab mais les affiches de campagne ne laissaient aucun doute. Il a obtenu 51,21% des voix et une majorité de cantons, selon les résultats officiels publiés par le gouvernement fédéral.

Barbara Steinemann, membre UDC du Conseil national : "Le niqab et la burqa n'ont pas leur place dans une démocratie. Ce sont des instruments politiques qui symbolisent à la fois la séparation délibérée des musulmans moins modérés des sociétés européennes et renforcent le sentiment d'infériorité des femmes".

Selon les opposants à ce projet, la plupart des femmes musulmanes qui portent le voile sont des touristes originaires des pays du Golfe persique qui fréquentent les boutiques chics de Genève ou Zürich.

"Je suis pour la liberté de chacun, du moment qu'il n'y a pas de problème avec les autorités quand on nous demande de montrer son visage, chacun fait ce qu'il veut" explique une électrice suisse.

Le gouvernement fédéral et le parlement s'opposaient à cette mesure.

Deux des 26 cantons , le Tessin et Saint-Gall, ont déjà une législation similaire qui prévoit des amendes en cas de transgression.

En votant contre le port du voile intégral dans l'espace public, la Suisse rejoint la France, l'Autriche, la Bulgarie, la Belgique et le Danemark, après des années de débat.

Il sera donc désormais interdit de se couvrir complètement le visage en public -ce qui vaut aussi pour des manifestants cagoulés- mais des exceptions sont prévues pour les lieux de culte par exemple.

Sources additionnelles • AFP, Reuters