DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Taxer les importations de carbone dans l’UE

euronews_icons_loading
Taxer les importations de carbone dans l’UE
Tous droits réservés  Michel Euler/Copyright 2018 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Le Parlement européen ouvre la voie à la taxation du carbone sur certaines importations. Cette taxe concerne les produits venus de pays tiers qui disposent de standards environnementaux plus faibles que dans l’UE. L’objectif est de réduire les émissions de CO2.

A une large majorité, les eurodéputés ont approuvé le mécanisme d’ajustement carbone aux frontières. Pour le rapporteur du texte il s’agit aussi de convaincre les Etats les plus pollueurs de suivre le chemin européen. "S’il pouvait y avoir un partenariat entre l’Europe et les Etats-Unis sur la question du climat et sur la question de la protection des industries ce serait évidemment une excellente nouvelle", explique l’eurodéputé écologiste Yannick Jadot. Il donne aussi l’exemple de la Chine "qui émet beaucoup de gaz à effet de serre mais c’est aussi un pays qui innove, c’est aussi un pays qui met en place un marché carbone".

En fonction de l’étendue de ce mécanisme, qui sera décidée par la Commission européenne, les revenus tirés de ce dispositif sont évalués entre 5 et 14 milliards d’euros par an. Cette taxe devrait concerner en priorité les produits à énergie intensive et plusieurs secteurs industriels comme l’électricité, le ciment, l’acier, l’aluminium, le papier ou encore le verre.

Mais les élus écologistes restent déçus car pour faire adopter le texte par la droite des concessions ont été faites. Ils souhaitaient voir supprimés les droits à polluer accordés aux industries hautement polluantes.

Ce dispositif s’inscrit dans le système d’échange de quotas d’émission qui fixe le prix de la tonne du carbone dans l’UE. Les eurodéputés veulent en fait éviter une fin de non-recevoir devant de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). "Ce qui est important c’est qu’il y est une base d’accord multilatéral", précise Simone Tagliapietra de l’Institut Bruegel. L’idée de cette taxe est de supprimer rapidement ces quotas gratuits "du système d’échange afin d’augmenter le prix du carbone en Europe et atteindre un niveau qui rend nécessaire de décarboner le continent", ajoute-t-il.

La Russie, l’Inde et la Turquie devraient représenter les plus grands obstacles. Les pays en voie de développement seraient eux exemptés de cette mesure et devraient même toucher des fonds obtenus à travers cette taxe.