DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

France : des séances de cinéma "clandestines" pour prouver que les salles obscures sont sûres

euronews_icons_loading
Une salle de cinéma à Nantes, le 14 mars 2021
Une salle de cinéma à Nantes, le 14 mars 2021   -   Tous droits réservés  LOIC VENANCE/AFP or licensors
Taille du texte Aa Aa

Tourner la clé permettant de lever son rideau métallique, c'est un geste que Jean-Jacques Ruttner n'avait probablement pas fait depuis octobre 2020. Pourtant ce dimanche, son cinéma situé à Ivry-sur-Seine a rouvert ses portes, malgré l'interdiction édictée par le gouvernement.

Officiellement, la crise sanitaire empêche toujours l'accueil du public dans les salles obscures, mais le Luxy, comme une vingtaine d'établissements en France, a décidé d'enfreindre les règles, ou plutôt de profiter de certaines failles dans la loi.

"En fait, les cinémas ont le droit de faire des séances test avec le public que les distributeurs organisent et donc ces séances-là ont été ouvertes au public dans le respect du protocole absolument parfaitement" explique Hélène Milano, co-fondatrice de l'Association du cinéma indépendant pour sa diffusion ACID, à l'origine de cette initiative avec le Groupement national des cinémas de recherche.

Concrètement, lors de cette projection, chaque spectateur a reçu un questionnaire à remplir pour aider le distributeur dans sa stratégie, donnant à la séance un caractère professionnel, ce qui est autorisé par décret. Bien entendu le gel hydroalcoolique et les masques étaient de rigueur, tout comme la distanciation sociale ; la salle n'était remplie qu'à 30% de ses capacités.

Cette initiative vise à prouver aux autorités que les cinémas peuvent rouvrir, la profession se disant prête à appliquer des protocoles très stricts.