DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Vaccination en France : les hôpitaux militaires désormais mis à contribution

euronews_icons_loading
Les militaires contribuent à la vaccination
Les militaires contribuent à la vaccination   -   Tous droits réservés  Daniel Cole/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

La campagne de vaccination continue de s'intensifier en France grâce à la multiplication des centres.

Les hôpitaux militaires sont désormais mis à contribution, à l'image de celui du Val-de-Marne en région parisienne, qui vise l'objectif de 1 000 vaccinations par jour.

Hôpitaux militaires : 50 000 vaccinations par semaine

Sur l'ensemble des sept hôpitaux des Armées mobilisés sur le territoire français, les autorités espèrent vacciner jusqu'à 50 000 personnes par semaine, la priorité étant donnée aux plus de 70 ans et aux personnes présentant des comorbidités.

Se faire vacciner dans un hôpital militaire en cette période de crise sanitaire inédite. Pour certains, le symbole est important :

"Non seulement, on va être sécurisé par un vaccin mais en plus, on est dans un univers qui est là pour nous défendre. Donc c'était symboliquement assez fort", souligne Anne-Marie, qui vient de se faire vacciner.

"Je suis plus sécurisée en hôpital militaire qu'en hôpital civil parce que je pense que le personnel est vraiment très à l'écoute des gens. Ils sont peut-être moins bousculés aussi que dans les hôpitaux de l'AP-HP aussi, c'est possible", ajoute une femme.

C'était symboliquement assez fort.
Une personne vaccinée

Vaccination de masse dans les stades

Avant les hôpitaux militaires, les grandes enceintes sportives avaient ouvert leurs portes à la vaccination, comme le Stade de France ou le Groupama Stadium à Lyon qui a injecté 10 000 doses durant le week-end de Pâques.

Ce jeudi après-midi, le Premier ministre français, Jean Castex, a d'ailleurs salué le fait que le seuil des 10 000 000 personnes ayant reçu au moins une dose de vaccin a été atteint.

Mais si la France accélère, elle est toutefois encore très loin du compte : seulement 3,2 millions de personnes ont reçu jusqu'à présent les deux doses de vaccin.

Pendant ce temps, la troisième vague épidémique continue de sévir et de peser sur les hôpitaux qui accueillent plus de 30 000 patients Covid dont 5 700 en réanimation. Le pic dans les services de soins intensifs est attendu d'ici la fin du mois.