DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Brésil : la Cour suprême confirme l'annulation des condamnations pour corruption de Lula

Access to the comments Discussion
Par euronews avec AFP
euronews_icons_loading
Brésil : la Cour suprême confirme l'annulation des condamnations pour corruption de Lula
Tous droits réservés  Andre Penner/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

L'ex-président brésilien Lula se rapproche un peu plus d'un éventuel retour en politique. La Cour suprême du Brésil a confirmé jeudi l'annulation de ses condamnations pour corruption.

La justice avait estimé début mars que le tribunal de Curitiba qui l'avait condamné dans deux procès n'était "pas compétent". Cette confirmation venant de la Cour suprême a donc une conséquence politique très concrète : après avoir été au pouvoir de 2003 à 2011, l'ex-président de gauche, âgé aujourd'hui de 75 ans, est éligible pour la présidentielle de 2022.

Et Lula ne cache pas ses ambitions. "La police fédérale a menti, pour m'éloigner de la campagne électorale", a-t-il déclaré jeudi dans une interview à une télévision argentine. "Maintenant je suis prêt pour le combat".

Lula ne confirme pas officiellement être candidat mais si c'est le cas, se dessinerait donc un potentiel duel face à l'actuel président Jair Bolsonaro, souvent décrit comme le Donald Trump d'Amérique du sud.

Lula l'a d'ailleurs décrit jeudi comme un "fasciste" comme et un "génocidaire responsable du chaos de la pandémie". Pour Jair Bolsonaro, c'est d'ailleurs clair : avec cette décision, "Lula est candidat", dit-il. Le président n'hésite pas à tacler son potentiel adversaire : "Imaginez quel sera l'avenir du Brésil avec le type de personnes qu'il amènera avec lui au gouvernement".

Mais attention, la décision de la Cour suprême n'innocente pas Lula sur le fond. Les juges doivent décider s'ils ordonnent le transfert du dossier à un tribunal de Brasilia ou Sao Paulo. Les 11 juges devraient aussi ultérieurement décider si le juge Sergio Moro, qui avait condamné Lula à la prison en 2017, était "partial" et avait agi au détriment de l'ex-président de gauche.