DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Russie : Ivan Pavlov, avocat d'Alexeï Navalny, arrêté à Moscou

Access to the comments Discussion
Par euronews avec AFP
euronews_icons_loading
Russie : Ivan Pavlov, avocat d'Alexeï Navalny, arrêté à Moscou
Tous droits réservés  AP Photo
Taille du texte Aa Aa

Le régime russe continue de resserrer son étau autour des partisans d'Alexeï Navalny. Un avocat réputé de l'opposant, Ivan Pavlov, a été arrêté ce vendredi dans l'hôtel où il résidait à Moscou. Il est accusé de "divulgation d'informations sur une enquête", un délit passible de trois mois de prison.

L'homme est à la tête de l'organisation "Komanda 29" qui défend les Russes accusés dans des affaires de trahison ou d'espionnage. Des perquisitions ont également été menées dans son bureau de Saint-Pétersbourg et au domicile de son épouse.

Il défend aussi un ex-journaliste spécialisé dans les affaires de défense, Ivan Safronov, dont l'arrestation en juillet 2020 pour avoir transmis des documents confidentiels à la République tchèque a été très médiatisée en Russie. Selon Komanda 29, IVan Pavlov reçoit régulièrement des menaces des services de sécurité.

Euronews l'avait récemment interviewé. "Il est clair que les autorités ciblent désormais non pas seulement les organisations mais les personnes. Ils essaient d'instiller la peur chez les gens, afin qu'ils se détournent de toute action que l'Etat considère comme indésirable et hostile au régime", disait-il.

Emprisonné depuis mi-janvier, Alexeï Navalny est apparu ce jeudi très amaigri lors d'une nouvelle audience judiciaire. L'arrestation d'Ivan Pavlov intervient alors que la justice russe souhaite faire reconnaître comme "extrémistes" le réseau de bureaux régionaux et le Fonds de lutte contre la corruption de l'opposant.

Un nouveau pas a été franchi ce vendredi. Le service russe des renseignements financiers, Rosfinmonitoring, a annoncé avoir mis à jour sa liste d'organisations parcipant à des "activités extrémistes ou terroristes". Et désormais y figurent les antennes régionales de Navalny. La veille, ces bureaux se sont auto-dissous pour tenter d'éviter de lourdes peines de prison à ses membres.