DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

25 morts dans une sanglante opération anti-drogue dans une favela de Rio

euronews_icons_loading
25 morts dans une sanglante opération anti-drogue dans une favela de Rio
Tous droits réservés  Silvia Izquierdo/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Une colère qui explose dans les rues de Rio de Janeiro. Sur ces images, quelques dizaines d'habitants d'une favela du nord de la ville brésilienne sont descendus dans les rues pour exprimer leur colère contre la police, après l'opération antidrogue menée par les forces de l'ordre jeudi qui a viré au bain de sang.

24 "suspects" sont morts lors de ce raid ainsi qu'un policier. C'est le bilan le plus lourd depuis 2016 pour une opération de ce type. Le quartier, considéré comme une base du plus grand gang de Rio, s'est arrêté de vivre quand les tirs ont retenti partout, jusque chez certains habitants.

"Vers 8 heures ce matin, un criminel est entré dans ma maison, et comme je vis dans une favela, je n'avais aucun moyen de l'empêcher d'entrer", raconte une habitante du quartier. "Il avait une blessure par balle et ensuite la police est venue et a demandé si des membres de gangs étaient dans la maison. J'ai fait un signe de tête, parce que je ne voulais pas mettre ma famille en danger. Alors la police est entré et a tué le gamin dans la chambre de ma fille".

Selon la police, l'opération a été menée contre des trafiquants de drogue accusés de recruter des mineurs. Elle assure que "tous les protocoles ont été respectés" pour ouvrir le feu.

Mais Silvia Ramos, coordinatrice de l'ONG Réseau d'observatoires de la sécurité publique, a dénoncé "une opération mal planifiée qui, après la mort d'un policier, a viré à l'opération de vengeance". "Qui sont les morts? Des jeunes noirs. Et c'est pour ça que la police parle de 24 suspects. Il suffit d'être noir et d'habiter une favela pour devenir un suspect", a-t-elle affirmé à l'AFP.

L'opération s'est déroulée en dépit d'un arrêt de la Cour suprême interdisant à la police de mener des raids dans les favelas pendant la pandémie, sauf dans des "circonstances absolument exceptionnelles". Au moins deux personnes ont d'ailleurs été blessées alors qu'elles voyageaient dans le métro aérien.