DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le colonel Assimi Goïta déclaré président du Mali après deux coups d'Etat en neuf mois

Access to the comments Discussion
Par euronews avec AFP
euronews_icons_loading
Le colonel Assimi Goïta déclaré président du Mali après deux coups d'Etat en neuf mois
Le colonel Assimi Goïta déclaré président du Mali après deux coups d'Etat en neuf mois   -   Tous droits réservés  MICHELE CATTANI/AFP or licensors
Taille du texte Aa Aa

L'armée a donc définitivement repris la main. C'était attendu : le colonel Assimi Goïta a été déclaré vendredi président de transition du Mali par la Cour constitutionnelle, neuf mois après son coup d'Etat ayant renversé le président élu Ibrahim Boubacar Keita.

Puis comme un coup d'Etat dans le coup d'Etat, le président Nah Ndaw et son premier ministre, qui assuraient la transition en vue des élections de 2022, ont été arrêtés en début de semaine et destitués, avant d'être libérés.

Le colonel Goïta leur reprochait de former un nouveau gouvernement sans le consulter. Il n'a surtout pas apprécié l'éviction de deux figures de l'armée du gouvernement.

Désormais président de transition, Assimi Goïta reste flou sur son projet mais tente de rallier des soutiens civils en proposant le poste Premier ministre au Mouvement du 5-Juin, qui a mené en 2020 la contestation contre l'ex-président Keita, mais qui avait pourtant été marginalisé par les colonels dans la transition.

Plusieurs centaines de Maliens ont manifesté vendredi après-midi à Bamako leur soutien aux colonels et affichaient parfois une hostilité envers la France. Ils réclament l'engagement de la Russie.

Des sanctions en réaction ?

Dans un pays économiquement exsangue, les sanctions de la Communauté des Etats ouest-africains après le putsch de 2020 avaient été très mal ressenties par la population.

Les pays de la Communauté des Etats ouest-africains se réunissent dimanche en sommet pour discuter du Mali. Des sanctions ciblées visant les colonels sont évoquées, même si leur efficacité pose question.

L'UE et Paris avaient également menacé de sanctions. Mais pour le moment, seul Washington a décidé de suspendre son aide militaire.