DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Nouvelle manifestation anti-gouvernementale en Thaïlande, des affrontements avec la police

Access to the comments Discussion
Par Euronews avec AFP
euronews_icons_loading
La police anti-émeute tirant des balles en caoutchouc sur des manifestants à Bangkok, le 10 août 2021.
La police anti-émeute tirant des balles en caoutchouc sur des manifestants à Bangkok, le 10 août 2021.   -   Tous droits réservés  AP/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

La police thaïlandaise a utilisé mardi des balles en caoutchouc et du gaz lacrymogène contre des manifestants à Bangkok demandant des réformes démocratiques et dénonçant la gestion de la pandémie par le gouvernement.

Les protestataires ont défié une interdiction officielle de se rassembler, alors que la Thaïlande est confrontée à sa pire flambée de Covid-19 depuis le début de la pandémie, avec quelque 20 000 nouveaux cas quotidiens.

La lenteur de la vaccination et l'impact économique des restrictions et des fermetures de commerces soumettent le gouvernement du Premier ministre Prayut Chan-O-Cha à une forte pression.

Des centaines de manifestants ont défilé dans les rues de Bangkok à moto ou en voiture, et des affrontements ont éclaté en début de soirée. Une cabine de régulation du trafic de la police a été brûlée, parmi d'autres dégradations. Certains manifestants ont jeté des pétards et des feux d'artifice vers la police, qui a répondu en faisant usage de balles en caoutchouc, canon à eau et gaz lacrymogène.

Réforme de la monarchie

"_L'autoritaire gouvernement Prayut Chan-O-Cha continue de rechercher, attribuer et distribuer des avantages à la classe dirigeante, laissant à son sort le peuple qui tombe malade et meur_t", a déclaré devant le rassemblement le militant et étudiant Benja Apan.

Un tribunal d'instance thaïlandais a ordonné mardi à la police de "prendre des précautions" lorsqu'elle tente de contrôler une foule, mais a rejeté une demande d'interdiction de l'usage des balles en caoutchouc formulée par des avocats défenseurs des droits humains.

Un mouvement pro-démocratie porté par la jeunesse a poussé des dizaines de milliers de personnes dans les rues l'an dernier à demander la démission de M. Prayut, ex-chef de l'armée arrivé au pouvoir après un coup d'Etat en 2014. Ce mouvement a brisé de vieux tabous en demandant de profondes réformes politique, et notamment une réforme de la monarchie thaïlandaise. De nombreux manifestants ont été poursuivis pour diffamation contre le roi, encourant jusqu'à 15 ans de prison.