DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Remaniement en Grèce après les incendies, mais un ancien ministre de gauche refuse sa nomination

Access to the comments Discussion
Par euronews avec AFP
Remaniement en Grèce après les incendies, mais un ancien ministre de gauche refuse sa nomination
Tous droits réservés  ΑΛΕΞΑΝΔΡΟΣ ΒΛΑΧΟΣ/ 2021 ΑΘΗΝΑΙΚΟ-ΜΑΚΕΔΟΝΙΚΟ ΠΡΑΚΤΟΡΕΙΟ ΕΙΔΗΣΕΩΝ
Taille du texte Aa Aa

En Grèce, un remaniement ministériel et un couac. Alors qu'il est critiqué pour la gestion des incendies, le Premier ministre conservateur Kyriakos Mitsotakis, au pouvoir depuis deux ans, a d'abord remplacé le ministre de la Protection du citoyen.

Critiqué pour les défaillances dans la gestion des feux de forêt mais aussi pour le durcissement des contrôles policiers pendant la pandémie de Covid-19, Michalis Chryssohoïdis, a été remplacé par Panayiotis Theodorikakos, député du parti de droite du Premier ministre, Nouvelle Démocratie.

L'ancien ministre de la Santé Vassilis Kikilias, qui avait géré la pandémie du coronavirus depuis plus d'un an et demi, passe désormais au ministère du Tourisme et est remplacé par le député conservateur Athanassios Plevris. Ce dernier, ancien membre du parti nationaliste Laos, appartient à l'aile très conservatrice de la droite.

Nikos Hardalias, ancien secrétaire d'Etat à la Protection civile et très populaire pendant la gestion de la pandémie du Covid-19, est nommé secrétaire d'Etat à la Défense. Le ministre de la Défense, Nikos Panayotopoulos reste en place.

Un nouveau ministère et un couac

Kyriakos Mitsotakis a aussi décidé de créer un poste de Protection civile, qui devait être occupé par Evangelos Apostolakis, ancien chef d'état major grec (2015-2019) et ancien ministre de la Défense au sein d'un gouvernement de gauche

Mais celui-ci a finalement refusé, deux heures après sa nomination. "Je n'évite pas la responsabilité" mais "la condition pour assumer un portefeuille indépendant était d'avoir en même temps le soutien interpartis", a déclaré Evangelos Apostolakis au site d'information iEidiseis.gr.

Selon le porte-parole du gouvernement, Yannis Economou, le refus d'Evanglelos Apostolakis intervient à la suite d'un communiqué du principal parti d'opposition de gauche Syriza, le qualifiant de "rebelle".

"C'est lamentable que l'opposition ait pris pour cible de façon si vulgaire une personnalité qui aurait pu symboliser le consensus national", a indiqué Yannis Economou dans un communiqué, alimentant le bras de fer entre les deux principaux partis grecs.

A la suite du refus d'Evangelos Apostolakis, le gouvernement est revenu sur sa décision de créer un ministère de la Protection civile.