This content is not available in your region

Jair Bolsonaro, citoyen d'honneur de son petit village d'origine en Italie

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
Jair Bolsonaro à Brasilia (Brésil), le 22 octobre 2021
Jair Bolsonaro à Brasilia (Brésil), le 22 octobre 2021   -   Tous droits réservés  EVARISTO SA/AFP or licensors

Le président brésilien Jair Bolsonaro se rendra lundi dans une petite commune du nord-est de l'Italie dont sont originaires ses ancêtres pour y recevoir une très controversée citoyenneté d'honneur, a-t-on appris jeudi de source officielle.

Selon son agenda officiel publié jeudi, le chef d'Etat arrivera vendredi à Rome pour assister au sommet du G20 organisé ce week-end à Rome.

Cette première visite dans la péninsule intervient dans un contexte délicat pour le leader d'extrême droite, objet de nombreuses critiques sur la scène internationale tant pour sa politique environnementale que pour ses positions sur la pandémie de Covid-19. Depuis son arrivée au pouvoir en 2019, la déforestation et les incendies en Amazonie ont explosé, alors que son gouvernement exige d'être payé pour protéger la forêt amazonienne, dont 60% se trouve au Brésil et dont le maintien est crucial pour freiner le réchauffement climatique.

Il boudera, sans grande surprise, la conférence sur le climat COP26, qui se tient dans la foulée du G20 à Glasgow, pour se rendre lundi à Anguillara Veneta, petite commune de 4 000 habitants en Vénétie, une région contrôlée par l'extrême droite de Matteo Salvini. Il y recevra la citoyenneté d'honneur qui lui a été officiellement décernée lundi.

A la fin du 19e siècle, accablés par la pauvreté, un millier d'habitants de cette commune, dont les ancêtres du président brésilien, avaient émigré au Brésil.

La décision d'Anguillara Veneta a été fortement critiquée. "Bolsonaro a mené une politique anti-Covid fondée sur le négationnisme et contre le vaccin, qui n'a fait que conduire à des milliers de morts", a ainsi dénoncé Arturo Lorenzoni, porte-parole de l'opposition au Conseil régional de Vénétie.

Interrogée mardi au téléphone par l'AFP, la maire d'Anguillara Veneta, membre de la Ligue, a défendu sa décision en expliquant que "la citoyenneté d'honneur a été décernée au peuple qu'il représente et non à lui en tant que personne". "La citoyenneté d'honneur vise à récompenser l'accueil que les migrants en provenance d'Anguillara Veneta ont reçu au Brésil", a-t-elle précisé.