This content is not available in your region

Le gouvernment français envoie des renforts après une nouvelle nuit agitée en Guadeloupe

Access to the comments Discussion
Par Euronews avec AFP
euronews_icons_loading
Le gouvernment français envoie des renforts après une nouvelle nuit agitée en Guadeloupe
Tous droits réservés  CARLA BERNHARDT/AFP or licensors

La nuit a encore été très agitée en Guadeloupe. Le retour du couvre-feu n'a pas empêché de nouvelles scènes de pillages. Des pharmacies et des commerces de téléphonies ont cette fois été visés dans les villes de Pointe-à-Pitre et du Gosier. Un policier a été blessé au visage.

La mobilisation lancée il y a près d'une semaine par un collectif d'organisations syndicales et citoyennes contre le pass sanitaire et l'obligation vaccinale des soignants contre le Covid-19 continue de se doubler de violences commises par des émeutiers.

Une centaine de policiers et 80 gendarmes étaient sur le terrain dans la nuit de samedi à dimanche dans l'île mais cela n'a pas suffit à dissuader les manifestants. Malgré le couvre-feu imposé depuis vendredi, les blocages se sont poursuivis avec de nouvelles scènes de pillages et d'incendies lors de laquelle des policiers et gendarmes ont été visés par des tirs, faisant un blessé léger.

Les forces de l'ordre ont notamment fait face à une tentative d'intrusion à la résidence universitaire de Pointe-à-Pitre, ainsi qu'à "une vingtaine de pillages ou tentatives de vols" dans des commerces de Pointe-à-Pitre et du Gosier : bijouterie, PMU, banques, centre commercial...

Le GIGN et le Raid envoyés en renfort

A l'issue d'une réunion de crise, samedi en fin de journée à Paris, le ministre français de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé l'envoi dans l'île de renforts pour ramener le calme au plus vite : "Le préfet, qui aujourd'hui avec les services de l'État a courageusement rétabli l'ordre public, a à sa disposition désormais 2 250 policiers et gendarmes que nous avons décidé, depuis 48 heures et jusqu'à maintenant, qui arrivent dans les prochaines heures pour une grande partie des forces supplémentaires que nous lui avons octroyé, des avions sont partis pour pouvoir rétablir l'ordre et notamment une cinquantaine d'agents du GIGN et du Raid."

Selon le parquet de Pointe-à-Pitre, seize personnes ont déjà été interpellées et cinq d'entre elles ont été placées en détention dont une pour "violence volontaire avec arme sur une personne dépositaire de l'autorité publique".