PUBLICITÉ

Suppression des frais d'itinérance dans l'UE : la mesure prolongée jusqu'en 2032

Une femme avec son téléphone au Portugal (6 décembre 2021)
Une femme avec son téléphone au Portugal (6 décembre 2021) Tous droits réservés Armando Franca/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Tous droits réservés Armando Franca/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Utiliser son téléphone mobile dans un autre pays de l'Union européenne n'engendrera pas de frais supplémentaires au moins pour les dix prochaines années.

PUBLICITÉ

Utiliser son téléphone mobile dans un autre pays de l'Union européenne que le sien n'engendrera pas de frais supplémentaires au moins jusqu'en 2032.

Les frais d'itinérance des communications mobiles, dits "roaming", avaient été supprimés en 2017 pour une durée de cinq ans. La mesure, qui étaient sur le point de s'achever, a donc été prolongée de dix ans après un accord trouvé entre États membres et négociateurs au Parlement européen.

Objectif : permettre aux consommateurs des réseaux de ne pas être surfacturés lorsqu'ils voyagent dans l'Union européenne. La mesure s'applique aux 27 membres ainsi qu'à l'Islande, au Liechtenstein et à la Norvège, mais pas au Royaume-Uni qui a définitivement cessé d'appliquer les règles européennes depuis le 1er janvier.

Le compromis relève par ailleurs le plafond du prix maximum que les opérateurs européens peuvent se facturer les uns aux autres pour l'usage de leurs réseaux de télécommunication «afin de garantir que (le dispositif) reste gérable» économiquement pour eux.

Enfin, le compromis prévoit que les consommateurs pourront bénéficier à l'étranger des mêmes services que dans leur pays (accès à la 5G par exemple), mais que les opérateurs devront les informer «rapidement» si des «facteurs spécifiques» (débit plus lent) affectent la qualité du service.

Avec AFP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Nicola Procaccini : "La prochaine Commission sera de centre-droit"

Elections européennes : que veulent les électeurs et que promettent les candidats

Grand débat électoral avant les européennes : ce qu'en ont pensé les primo-votants