This content is not available in your region

Covi-19 : les pays européens commandent en ordre dispersé leurs pilules antivirales

Access to the comments Discussion
Par Sandor Zsiros
Covi-19 : les pays européens commandent en ordre dispersé leurs pilules antivirales
Tous droits réservés  thomas hansmann.fotograf/Pfizer

La Commission européenne étudie activement l'achat conjoint des nouvelles pilules antivirales qui peuvent être prises à domicile pour traiter le Covid-19 léger et modéré, alors que certains pays de l'UE ont décidé d'aller de l'avant avec leurs propres accords.

Un avis favorable de l'EMA

Les deux pilules, le Paxlovid de Pfizer et le Molnupiravir de Merck (également connu sous le nom de Lagevrio), ont été présentées comme une étape révolutionnaire dans la lutte contre le coronavirus, alors que les variantes hautement contagieuses de l'Omicron font grimper le nombre d'infections à un niveau record dans le monde. Le médicament vise à empêcher le virus de se multiplier et à réduire la gravité de la maladie.

L'Agence européenne des médicaments (EMA) a déjà publié des conseils officiels sur la manière d'utiliser les deux traitements : les pilules doivent être prises deux fois par jour par les adultes atteints de Covid-19 dès que possible après le test positif et dans les cinq jours suivant le début des symptômes.

Le Paxlovid combine deux substances actives qui se présentent sous forme de comprimés séparés.

L'avis de l'EMA n'équivaut pas à une autorisation de mise sur le marché, qui est le résultat d'un examen continu plus long. L'avis sert toutefois de guide aux pays de l'UE qui décident de déployer les comprimés comme traitement d'urgence pour faire face aux taux élevés d'infection et de mortalité.

Des négociations en cours

Certains États membres, dont l'Allemagne, la Belgique, l'Italie et la Grèce, sont en contact avec les laboratoires pharmaceutiques pour acheter des doses et les distribuer à leur population. L'Allemagne a commandé 1 million de doses à Pfizer, tandis que la Belgique a l'intention d'acheter 10 000 doses à chaque société.

Pendant ce temps, à Bruxelles, la Commission européenne est en "discussions exploratoires" avec les promoteurs et se tient "prête à négocier" de nouveaux contrats d'achat conjoints, bien qu'aucun accord n'ait encore été signé, a confirmé un porte-parole à Euronews.

"La décision de lancer une procédure de passation de marché est prise par les pays participants, lorsqu'au moins quatre pays et la Commission conviennent de procéder", a noté le fonctionnaire.

Aucune information plus détaillée n'a été fournie en raison des règles de confidentialité.

Des produits thérapeutiques prometteurs

Le système commun pour les pilules antivirales devrait suivre le modèle d'achat des vaccins Covid-19 : à l'époque, la Commission avait signé des contrats avec les fabricants de médicaments au nom des 27 États membres afin de garantir une distribution égale et abordable dans l'ensemble de l'UE.

L'exécutif a déclaré que son pouvoir de négociation en tant que marché unique de 450 millions de citoyens permettait à l'UE d'obtenir des doses à un prix bas et uniforme.

Malgré un démarrage précoce, le programme de vaccination est désormais considéré comme un succès, puisqu'il a permis de distribuer plus d'un milliard de doses depuis décembre 2020. Néanmoins, l'adoption disparate du vaccin entre les États membres – en particulier dans certains pays de l'Est – a entaché les résultats finaux.

Pression sur la Commission européenne

Les discussions concernant les pilules antivirales font suite à un appel lancé par les dirigeants de l'UE lors d'un sommet européen en décembre dernier. "La mise en œuvre de la stratégie de l'UE sur les thérapies Covid-19, y compris les achats conjoints, doit être poursuivie", ont déclaré les dirigeants dans des conclusions.

La Commission avait précédemment identifié dix médicaments prometteurs pour traiter les patients atteints de coronavirus, une liste qui comprenait les trois pilules antivirales, dont celle de Pfizer, celle de Merck et l'AT-527 d'Atea Pharmaceuticals & Roche.

Ruée sur les pilules anti-covid

Les autorités réglementaires du Royaume-Uni et des États-Unis ont déjà autorisé les pilules Pfizer et Merck et les patients peuvent en prendre dans les hôpitaux et les pharmacies sur ordonnance. Les États-Unis ont commandé 20 millions de doses de comprimés Pfizer. Pour la première commande de 10 millions de doses, signée en novembre, le gouvernement américain a payé 5,29 milliards de dollars.

En France, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a assuré que des doses seraient disponibles dès la fin janvier. La Haute autorité de santé française (HAS) doit donner son feu vert dans les prochains jours pour autoriser sa commercialisation.

"Nous sommes en discussion avec [plus de] 100 gouvernements dans le monde concernant des accords d'approvisionnement pour Paxlovid, y compris la Commission européenne et les gouvernements européens. Des accords sont déjà en place avec de multiples pays", a déclaré un porte-parole de Pfizer à Euronews.

"Notre objectif est de livrer ce traitement antiviral oral le plus rapidement possible, sous réserve de l'autorisation réglementaire du pays et conformément aux accords d'approvisionnement."

Pfizer prend l'avantage

Une étude menée par Pfizer a montré que la pilule antivirale contre le Covid-19 réduisait de près de 90 % les hospitalisations et les décès chez les patients à haut risque.

Ces résultats dépassent le succès du produit de Merck, dont on estime qu'il réduit les maladies graves ou les décès d'environ 30 %, et non pas de 50 % comme évalué précédemment. Ce déclassement de Merck a conduit la France à annuler une commande initiale de 50 000 doses.