This content is not available in your region

Tonga : les îles toujours isolées après l'éruption du volcan suivi d'un tsunami

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
L'irruption du volcan Hunga Tonga Hunga Ha'apai capturée par les satellites de Maxar Technologies, le 6 janvier 2022
L'irruption du volcan Hunga Tonga Hunga Ha'apai capturée par les satellites de Maxar Technologies, le 6 janvier 2022   -   Tous droits réservés  Satellite image ©2022 Maxar Technologies via AP

Quatre jours après l'éruption du volcan Hunga Tonga et du tsunami qui s'en est suivi, la course contre la montre se poursuit ce mercredi aux Tonga pour dégager les cendres recouvrant la principale piste d'atterrissage du pays et permettre l'arrivée des avions transportant l'aide d'urgence.

Les secours s'organisent

Les quelques communications possibles le sont grâce à quelques téléphones satellitaires, principalement détenus par les ambassades étrangères dans la capitale Nuku'alofa, située sur l'île de Tongatapu, la plus grande et la plus peuplée du royaume.

Une couche de cinq à dix centimètres de cendres s'est accumulée sur la piste de l'île principale de Tongatapu, a déclaré le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA).

Et ce mercredi, la course contre la montre se poursuivait pour dégager cette piste et permettre l'arrivée des avions transportant l'aide d'urgence, quatre jours après une éruption et un tsunami dévastateurs.

"Les cendres se sont avérées plus difficiles à enlever que prévu", a expliqué Jonathan Veitch, chargé pour l'ONU de la gestion de cette crise depuis Fidji.

"Nous pensions (que la piste) serait opérationnelle hier, mais elle n'a pas encore été entièrement dégagée car des cendres sont encore tombées", a-t-il déclaré, précisant qu'"environ 100 ou 200 mètres sont dégagés par jour".

L'Australie et la Nouvelle-Zélande ont des avions militaires C-130 prêts à décoller une fois les cendres dégagées.

Le navire HMAS Adelaïde, de la flotte australienne, s'apprête à mettre le cap vers les Tonga avec du matériel de secours à son bord. Il devrait arriver à destination dans cinq jours.

Deux navires néo-zélandais le HMNZS Wellington et le HMNZS Aotearoa sont également partis pour l'archipel et devraient l'atteindre dans environ 3 jours. Ils transportent notamment des plongeurs, de l'eau potable ainsi qu'une unité de dessalement pouvant fournir 70 000 litres par jour. La Croix-Rouge des Tonga a effectivement indiqué que sur le terrain le besoin d'eau potable était urgent.

Une île rayée de la carte

Sur de nouvelles images satellitaires publiées ces dernières heures, Les îles Tonga apparaissent dévastées, avec des pans entiers de leur territoire couverts de cendres ou ravagés par le tsunami.

L'île sur laquelle se trouvait le volcan Hunga Tonga semble presque, elle, entièrement englouti dans l'océan Pacifique.

Ce volcan était entré en éruption vers le 20 décembre 2021. Son activité s'est renforcée dans les jours qui ont suivi. Vers le 14/15 janvier, le Hunga Tonga a lâché un énorme champignon de fumée de 30 km de hauteur, qui a dispersé cendres, gaz et pluies acides à travers la région Pacifique-- avant d'être suivie d'un tsunami.

Et quatre jours après l'éruption qui a provoqué le tsunami et fait trois morts, l'étendue des dégâts reste mal connue dans ce petit royaume de 100 000 habitants, coupé du monde après la rupture du câble le reliant au réseau internet

.

La câblodistributeur américain SubCom indique qu'il faudra au moins quatre semaines pour que la connexion des Tonga soit rétablie.
Nanaia Mahuta
Ministre néo-zélandais des Affaires étrangères

Il faudra au moins un mois pour réparer un câble de communication sous-marin reliant les îles Tonga au reste du monde, a indiqué mercredi le ministère néo-zélandais des Affaires étrangères.

"La câblodistributeur américain SubCom indique qu'il faudra au moins quatre semaines pour que la connexion des Tonga soit rétablie", a annoncé le ministère dans une mise à jour sur la catastrophe, qui a coupé la petite nation du Pacifique du reste du monde.

Plus de 100 000 personnes, soit l'équivalent de la population tongienne, ont été affectées par les chutes de cendres et le tsunami, a indiqué l'Agence américaine pour le développement international (USAID), citant la Croix-Rouge des Tonga.

Vagues de 15 mètres de haut

L'éruption volcanique, entendue jusqu'en Alaska (Etats-Unis), à plus de 9 000 km de là, a été la plus importante enregistrée depuis des décennies : un énorme champignon de fumée de 30 km de haut, qui a dispersé cendres, gaz et pluies acides à travers la région Pacifique, immédiatement suivi du déclenchement d'un tsunami.

Des vagues de 15 mètres de haut ont été enregistrées, a témoigné le gouvernement des Tonga dans un communiqué. Elles ont déferlé sur la capitale Nuku'alofa, dont les habitants ont fui vers les hauteurs, laissant derrière eux des maisons inondées, tandis que des roches et de la cendre tombaient du ciel.

Trois personnes ont été tuées et "un certain nombre" ont été blessées, a ajouté le gouvernement du royaume dans ce même communiqué, qualifiant l'explosion du volcan de "désastre sans précédent".