EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Crise en Ukraine : le Kremlin dénonce une idée de sanctions "destructive"

Crise en Ukraine : le Kremlin dénonce une idée de sanctions "destructive"
Tous droits réservés Alexei Nikolsky/Sputnik
Tous droits réservés Alexei Nikolsky/Sputnik
Par euronews avec AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Moscou a répliqué après les menaces de représailles économiques contre le chef du Kremlin exprimées par Washington

PUBLICITÉ

L'idée de sanctions contre Vladimir Poutine serait "destructive". C'est la réaction du Kremlin au lendemain de nouvelles menaces de rétorsion exprimées par les Etats-Unis en cas d'invasion de l'Ukraine.

Le président américain Joe Biden a affirmé mardi qu'il pouvait "concevoir" de sanctionner personnellement Vladimir Poutine, promettant "d'énormes conséquences" si Moscou attaquait l'Ukraine, une décision qui "changerait le monde".

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a balayé ces menaces en estimant mercredi que de telles sanctions ne seraient "pas douloureuses politiquement" pour le dirigeant russe, bien que "destructives" pour les relations entre Moscou et les Occidentaux.

Devant les députés russes, le chef de la diplomatie Sergueï Lavrov a dénoncé une fois encore "l'hystérie occidentale" et a lui aussi menacé : "si une réponse constructive n'arrive pas et que l'Occident poursuit sur sa voie belliqueuse, Moscou prendra, comme le président Vladimir Poutine l'a dit à plus d'une occasion, les mesures de rétorsion nécessaires".

La ministre britannique des affaires étrangères Liz Truss est, elle aussi, montée au créneau sur un ton offensif. "Nous fournissons des armes défensives à l'Ukraine. Nous lui fournissons un soutien économique, et nous exhortons la Russie à renoncer à une incursion. Nous disons très clairement que si elle le fait, il y aura un coût économique sévère pour la Russie," a-t-elle mis en garde.

Pendant ce temps, une réunion diplomatique se tenait à Paris entre les conseillers des présidents russe, ukrainien, français et du chancelier allemand, pour tenter de désamorcer la crise.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Lettres occidentales à la Russie : des propositions pour sortir de la crise ukrainienne ?

Un sous-marin nucléaire russe quitte La Havane avant des exercices militaires dans les Caraïbes

Russie : prise d'otages dans une prison, ravisseurs tués suite à l'assaut des forces de l'ordre