PUBLICITÉ

Pays-Bas : le gouvernement sommé d’agir contre l'impunité des agresseurs sexuels

Pays-Bas : le gouvernement sommé d’agir contre l'impunité des agresseurs sexuels
Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Pays-Bas : les révélations d'agressions sexuelles dans l'émission The Voice pourraient faire bouger les lignes. Les associations demandent au gouvernement de légiférer de toute urgence.

PUBLICITÉ

Des centaines de personnes se sont rassemblées à Amsterdam samedi pour dire stop au harcèlement et aux violences sexuelles et dénoncer l'immobilisme des autorités sur cette question, cinq ans après la naissance du mouvement Metoo.

Les manifestants réclament l'entrée en vigueur dans les plus brefs délais, d'une loi qui est déjà en préparation.

"Ces choses arrivent tous les jours aux enfants, aux hommes et aux femmes. La nouvelle loi doit être avancée. Elle est prévue pour 2024, mais son entrée en vigueur doit être avancée" s'insurge la directrice de la fondation Wij zijn M, Mandy Sleijpen.

"La culpabilisation des victimes, cela doit changer. C'est l'auteur du crime qui est responsable" déplore-t-elle.

Cette mobilisation intervient après des révélations d'agressions sexuelles survenues au sein des équipes de la célèbre émission The Voice of Holland. Des candidates y ont subi des violences sexuelles, de la part de coachs et de responsables du programme télévisé. Une vidéo diffusée sur Youtube recense plusieurs témoignages de femmes victimes de ces violences.

L'émission a été retirée de l'antenne et des plaintes ont été déposées contre les agresseurs présumés.

Ce scandale pourrait accélérer l'agenda législatif du gouvernement. Admettant ne pas pouvoir introduire cette loi en 2022, la ministre de la justice Dilan Yeşilgöz-Zegerius a assuré vouloir faire tout son possible pour une entrée en vigueur avant 2024. Le texte doit d'abord être approuvé par l'exécutif, puis débattu dans les deux chambres qui composent le parlement.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

"Seul un oui est un oui" : l'Espagne renforce sa loi contre le viol

En Slovaquie, manifestation pour l'indépendance de la télévision publique

Scandale dans l'armée belge après des révélations de bizutages