This content is not available in your region

Allemagne : deux policiers tués lors d'un contrôle routier, deux suspects arrêtés

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Allemagne : deux policiers tués lors d'un contrôle routier, deux suspects arrêtés
Tous droits réservés  Michael Probst/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

Deux policiers ont été tués par balle lundi pendant un contrôle routier dans le sud-ouest de l'Allemagne, suscitant un vif émoi dans ce pays. Deux suspects ont été interpellés en fin d'après-midi après une vaste opération de recherche.

C'est lors d'un contrôle de routine que deux agents de police ont été tués d'une balle dans la tête, à 4h20 du matin. Ils se trouvaient sur une route de campagne menant à Kusel, près de la ville de Kaiserslautern, en Rhénanie-Palatinat.

Le premier suspect arrêté est un homme de 38 ans qui avait été visé par un avis de recherche lancé par la police de Kaiserslautern. Cette dernière a indiqué que la "chasse à l'homme était désormais terminée" dans un tweet.

Les autorités avaient lancé ce matin une vaste opération de recherches, étendue quelques heures plus tard au Land voisin de la Sarre, près de la frontière française.

Le parquet de Kaiserslautern et la préfecture de police de l'ouest du Land de Rhénanie-Palatinat (Palatinat occidental) ont donné plus de précisions dans un communiqué commun.

L'homme recherché, celui de 38 ans, a été appréhendé ce lundi à 17 heures à Sulzbach, dans le Land de la Sarre, par des unités spéciales des polices des Lander de Rhénanie-Palatinat et de Sarre. Selon ce communiqué, ce suspect "n'a fait aucune déclaration et sera présenté demain au juge d'instruction du tribunal de Kaiserslautern".

Cette même source a indiqué qu'"un autre homme de 32 ans a été arrêté", ajoutant que des vérifications sont en cours pour déterminer s'il a "un lien avec les faits" et que "les recherches d'éventuels complices se poursuivent".

Les deux suspects interpellés l'ont été dans deux interventions distinctes.

"Une exécution"

Ce crime a suscité la stupeur. La ministre fédérale de l'Intérieur, Nancy Faeser, a évoqué une "exécution".

"Indépendamment du mobile, ce crime s'apparente à une exécution et montre que la police risque sa vie tous les jours pour notre sécurité", a-t-elle souligné.

Indépendamment du mobile, ce crime s'apparente à une exécution et montre que la police risque sa vie tous les jours pour notre sécurité
Nancy Faeser
Ministre allemande de l'Intérieur

La dirigeante du Land de Rhénanie-Palatinat, Marlu Dreyer, s'est dite "profondément bouleversée" par cet "acte épouvantable", tandis que le ministre de l'Intérieur de ce Land, Roger Lewentz, insistait sur "la grande brutalité" avec laquelle les deux victimes ont été abattues.

Contact radio

Selon le site internet du quotidien Bild, les policiers ont été tués de balles dans la tête par des braconniers. Ils ont envoyé un message radio peu avant d'être abattus indiquant qu'ils avaient arrêté un véhicule suspect transportant du gibier mort dans le coffre.

"Les collègues ont signalé que des coups de feu avaient été tirés", a expliqué sur la chaîne Welt.TV un porte-parole de la police du Palatinat occidental, Bernhard Christian Erfort. "Puis nous avons perdu le contact radio (...) Les forces d'intervention se sont alors rendues sur les lieux et ont trouvé les collègues, l'un blessé l'autre morte", a-t-il ajouté sans confirmer les informations sur d'éventuels braconniers.

Une jeune en formation

La jeune policière n'a même pas eu le temps de dégainer son arme, a poursuivi Bild citant des sources proches de l'enquête. L'autre policier a tiré des coups de feu avant d'être blessé et de succomber à ses blessures peu après.

Les agents, un homme et une femme, étaient respectivement âgés de 29 et 24 ans. L'agente âgée de 24 ans était en cours de formation, a souligné le ministère de l'Intérieur du Land de Rhénanie-Palatinat.

Dans un tweet, les autorités locales ont indiqué être "profondément attristées par le décès de notre collège. Nous vous remercions pour les nombreux messages condoléances et de sympathie, auxquelles nous ne pouvons malheureusement pas répondre individuellement ! Nos pensées vont aux proches".