This content is not available in your region

Conférence de Munich sur la sécurité : la crise ukrainienne au cœur des discussions

Access to the comments Discussion
Par Kate Brady
euronews_icons_loading
La correspondante Euronews Kate Brady.
La correspondante Euronews Kate Brady.   -   Tous droits réservés  AFP

La conférence pour la sécurité, qui se déroule chaque année à Munich, s'ouvre ce vendredi 18 février. Une conférence de trois jours marquée cette année par les tensions avec la Russie autour de la question ukrainienne et l'absence de représentants de haut rang russe.

Cette conférence annuelle intervient en plein pic de tensions entre Moscou et les Occidentaux, ces derniers craignant que les troupes russes ne se préparent à envahir l'Ukraine. Trente chefs d'Etats ainsi qu'une centaine de ministres participeront aux discussions.

Sont notamment attendus la vice-présidente américaine Kamala Harris, le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken, le chef des Nations unies Antonio Guterres, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, le chef de l'OTAN Jens Stoltenberg et le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

"Une absence notable sera celle du président russe Vladimir Poutine, ou tout autre haut responsable russe. Des rencontres avec des alliés occidentaux sont toutefois prévues en marge de la conférence", comme l'indique Kate Brady, correspondante Euronews à Berlin.

Même de petits pas vers la paix valent mieux que de grands pas vers la guerre.
Annalena Baerbock
Ministre fédérale allemande des affaires étrangères

Annalena Baerbock, ministre fédérale allemande des affaires étrangères, voit dans l'absence russe une "opportunité" perdue. "C'est justement dans la situation actuelle, extrêmement menaçante, qu'il aurait été si important de rencontrer également des représentants russes".

La cheffe de la diplomatie allemande présidera samedi à Munich une réunion de ses homologues du G7 consacrée à l'Ukraine. "Nous sommes prêts à un dialogue sérieux sur la sécurité pour tous. Même de petits pas vers la paix valent mieux que de grands pas vers la guerre. Mais nous avons également besoin de mesures sérieuses de désescalade de la part de la Russie", a-t-elle ajouté.

Le président américain Joe Biden a jugé jeudi 17 février "très élevé" et imminent le risque d'une attaque russe contre l'Ukraine, balayant les récentes assurances de Moscou sur un retrait partiel de ses forces positionnées depuis des semaines à la frontière ukrainienne.

D'autres sujets au programme

Parmi les autres risques et défis à aborder figurent : les inégalités mondiales croissantes, les chaînes d'approvisionnement fragiles dans le secteur de la technologie, le désengagement chaotique de l'Afghanistan ainsi que la détérioration de la situation sécuritaire au Mali et plus largement dans la région du Sahel.