Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Les habitants coincés en Ukraine se construisent des abris de fortune contre l'invasion

Access to the comments Discussion
Par Camille Pauvarel  & Laetitia Lago
euronews_icons_loading
Les habitants coincés en Ukraine se construisent des abris de fortune contre l'invasion
Tous droits réservés  AFP

Au troisième jour de l'offensive russe en Ukraine, les rues de la capitale sont vides, mais portent déjà les traces de la guerre en cours. Dans une ville sous la menace d'une invasion, les habitants de Kiev redoublent d'efforts pour se protéger. Certains se sont même mis à construire des tranchées.

Dans un message enregistré ce matin, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a une nouvelle fois appelé ses concitoyens à prendre les armes pour défendre leur pays. À Kiev, soldats et pompiers se déplacent d'un endroit à l'autre en fonction des besoins.

Les civils qui n'ont pas quitté la ville ont peu d'options : certains se préparent au combat, d'autres cherchent à se réfugier dans des abris de fortune dans toute la ville comme dans les stations de métro creusées sous terre, mais aussi dans les étages inférieurs des immeubles.

Un abri d'une relative sécurité alors que des tirs de missiles s'intensifient dans la capitale, samedi matin un immeuble a été lourdement touché, le nombre de victimes n'est pas connu.

De violents combats se déroulent dans la capitale et notamment sur l'avenue de la Victoire, l'une des artères principales, où l'armée de terre ukrainienne dit avoir détruit une colonne de cinq véhicules russes, dont un char.

Selon le maire de Kiev, Vitali Klitschko, la nuit a été difficile dans la capitale où se trouvent des unités de sabotage russes, mais pas encore d'unités régulières.

Un haut immeuble résidentiel a été touché par un tir de missile, d'après les autorités, qui n'ont pas donné de bilan dans l'immédiat.

Les forces ukrainiennes ont aussi fait état de violents combats à 30 km au sud-ouest de la capitale où les Russes essayent de faire débarquer des parachutistes.

La Russie n'a pour sa part évoqué aucune offensive sur Kiev, faisant état uniquement de tirs de missiles de croisière sur des infrastructures militaires, d'avancées dans l'Est, où l'armée appuie les séparatistes des territoires de Donetsk et Lougansk, et dans le Sud où les forces russes sont entrées depuis la péninsule de Crimée, annexée en 2014.