PUBLICITÉ

A Rome, les Américains discutent de l'Ukraine avec des Chinois "neutres", mais jusqu'à quand ?

Une voiture de police devant l'hôtel Rome Cavalieri à Rome où se sont tenues les discussions entre Chinois et Américains à propos de l'Ukraine
Une voiture de police devant l'hôtel Rome Cavalieri à Rome où se sont tenues les discussions entre Chinois et Américains à propos de l'Ukraine Tous droits réservés Domenico Stinellis / AP
Tous droits réservés Domenico Stinellis / AP
Par Giorgia Orlandi
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Chinois et Américains se sont entretenus à Rome sur l'Ukraine. Washington est très préoccupé par la position de Pékin qui ne condamne pas la guerre, et par un possible soutien chinois à Moscou.

PUBLICITÉ

C'est dans un hôtel de Rome, qu'Américains et Chinois ont discuté sur l'Ukraine.

Pékin n'a toujours pas pas demandé à Vladimir Poutine de retirer ses troupes.

Après la rencontre, un haut responsable américain affirmait que Washington juge "profondément préoccupante" la position de la Chine envers la Russie.

L'objectif même de la réunion était de discuter de l'impact de la guerre sur la sécurité régionale et mondiale. Pékin a jusqu'à présent maintenu une position neutre dans le conflit mais la Chine est un interlocuteur clé.

L'administration Biden ne veut pas que la Chine prenne le parti de Moscou, c'est pourquoi elle a saisi cette occasion pour le dire aux responsables gouvernementaux en face à face.

La réunion a eu lieu à un moment très crucial du conflit, après l'attaque par la Russie d'une importante base militaire près de la frontière avec la Pologne - en d'autres termes, près de la frontière de l'Alliance atlantique. Mais elle a également eu lieu après des rapports suggérant que Moscou avait demandé un soutien militaire à la Chine. Des allégations qui ont ensuite été rejetées à la fois par la Chine et la Russie.

Le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan, avant la réunion qu'il présidait côté américain, a averti la Chine des conséquences si Pékin offrait son soutien à la Russie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Trump, plus habitué aux ovations, est copieusement hué lors de son discours à une convention

MAJ : frappe russe sur un supermarché Kharkiv, au moins 14 morts

La Russie poursuit son offensive dans le nord-est de l'Ukraine