Vladimir Poutine revendique la prise de Marioupol

Des employés des services d'urgence ukrainiens travaillent dans une maternité endommagée par des bombardements à Marioupol, en Ukraine, mercredi 9 mars 2022
Des employés des services d'urgence ukrainiens travaillent dans une maternité endommagée par des bombardements à Marioupol, en Ukraine, mercredi 9 mars 2022 Tous droits réservés Evgeniy Maloletka/The Associated Press
Tous droits réservés Evgeniy Maloletka/The Associated Press
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le président russe Vladimir Poutine a affirmé jeudi que les forces russes avaient "libéré" le port stratégique ukrainien de Marioupol, affirmation jugée "contestable" par son homologue américain Joe Biden.

PUBLICITÉ

Marioupol, 450 000 habitants avant la guerre, est désormais en ruines et sous contrôle russe.

C'est ce qu'affirme Vladimir Poutine qui revendique la "libération" de ce port stratégique du sud-est de l'Ukraine, objectif majeur de la Russie depuis le début de son offensive, le 24 février dernier.

Dernière poche de résistance : le gigantesque complexe métallurgique d'Azovstal, les derniers soldats ukrainiens y sont retranchés avec plusieurs centaines de civils.

"La ville était, est, et restera ukrainienne. Parce qu'aujourd'hui, nos courageux guerriers, nos héros, défendent notre ville autant que possible. Donc, peu importe les déclarations qui sont faites en Russie. La ville est et sera ukrainienne" martèle Vadym Boychenko, le maire de Marioupol.

Face aux caméras, le président russe demande à son ministre de la Défense de renoncer à donner l'assaut sur le site mais de continuer à l'assiéger. Les kilomètres de galeries souterraines pourraient être synonymes de lourdes pertes pour les soldats russes.

"L'opération se poursuit conformément au plan. Marioupol, qui est devenue une plaque tournante des formations nationalistes, a été libérée. Il y avait et il y a toujours une possibilité pour les troupes ukrainiennes de déposer les armes et de sortir par des couloirs établis" indique Dmitri Peskov, porte-parole de la présidence russe.

Les derniers combattants ukrainiens refusent de se rendre et demandent l'aide de la communauté international pour les évacuer.

Des civils ont réussi à quitter Marioupol ce jeudi. Trois bus sont arrivés à Zaporijjia, grande ville du sud-est de l'Ukraine. A leur bord, des femmes et des enfants, acheminés à travers des territoires sous contrôle russe grâce à l'ouverture d'un "couloir humanitaire" d'évacuation.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, attendu à Moscou

"Où est maman ?" L'histoire d'un petit garçon ukrainien enlevé par les forces russes

No Comment : la ville de Kharkiv de nouveau frappée par l'armée russe