This content is not available in your region

Embargo sur le pétrole russe : Ursula von der Leyen espère un accord des États membres

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
Ursula von der Leyen interrogée par Euronews à Davos, Suisse, le 23 mai 2022
Ursula von der Leyen interrogée par Euronews à Davos, Suisse, le 23 mai 2022   -   Tous droits réservés  euronews

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, espère qu'un accord sera bientôt trouvé entre États membres pour mettre en place un embargo sur le pétrole russe.

Si la Hongrie a mis son véto, un accord est encore possible "dans les jours qui viennent" pour surmonter les réticences de Budapest a estimé mardi la présidence française, contredisant le Premier ministre hongrois Viktor Orban qui le juge "très improbable".

Dans un entretien accordé à plusieurs journaux européens, la commissaire européenne à la Concurrence Margrethe Vestager s'est aussi dite persuadée qu'un accord serait trouvé, ajoutant que les "États les plus dépendants au pétrole russe" ne devront pas être laissés "sur le bord du chemin".

Il faut "sécuriser leur approvisionnement" a-t-elle précisé.

Interrogée par Euronews, la présidente de la Commission européenne a souligné que, paradoxalement, cette guerre (en Ukraine) et "notre volonté de nous débarrasser de notre dépendance vis-à-vis des combustibles fossiles" ont "accéléré le Green Deal européen".

"C'est un paquet d'investissement de 300 milliards. 95 % sont consacrés aux énergies renouvelables" a-t-elle précisé.

"M__ais nous devons maintenant passer à la vitesse supérieure et accélérer ces investissements massifs dans les énergies renouvelables".

Ursula von der Leyen a également accusé la Russie d'utiliser la crise alimentaire comme une arme, au même titre que la crise énergétique. Selon elle, la "coopération mondiale" permettra doit permettre de contourner le chantage russe.

"Toutes les opportunités de dialogue doivent être exploitées avec la Russie pour débloquer la mer Noire" a-t-elle déclaré au micro d'Euronews.

"La Russie est déjà responsable de la guerre et de cette crise alimentaire. Mais maintenant qu'elle bloque sciemment la mer Noire, elle est responsable de la famine de millions de personnes" a-t-elle accusé.

Dans ce contexte, Bruxelles s'est engagée à ouvrir des voies logistiques alternatives pour aider l'Ukraine à exporter ses céréales. Les ministres de l'agriculture des pays de l'UE se réunissent mardi pour examiner la question.