EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Vladimir Poutine défie les Occidentaux et bombarde toujours l'Ukraine

Les secours évacuent le corps d'une femme tuée à Kharkiv lors d'un bombardement russe
Les secours évacuent le corps d'une femme tuée à Kharkiv lors d'un bombardement russe Tous droits réservés Evgeniy Maloletka/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved
Tous droits réservés Evgeniy Maloletka/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved
Par euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Des civils ont été tués à Kharkiv et dans le Donbass. Le président russe dénoncé le stratégie jusqu'au-boutiste des Occidentaux et les défie de le battre.

PUBLICITÉ

Les bombes russes tuent toujours à Kharkiv, la deuxième ville de l'Ukraine, au Nord-Est du pays. D'après la police locale, au moins trois civils sont morts dans une zone résidentielle bombardée. Moscou a aussi visé la région de Mykolaïv, dans le Sud, et la région de Donetsk, dans le Donbass.

Le ministère russe de la Défense semblait annoncer une pause opérationnelle, jeudi, mais Vladimir Poutine a au contraire défié les Occidentaux : "n__ous avons souvent entendu dire que l’Occident veut nous combattre jusqu’au dernier Ukrainien. C’est une tragédie pour le peuple ukrainien, mais il semble que l'on aille dans cette direction", a-t-il annoncé dans un discours retransmis à la télévision, tout en prévenant que "dans l'ensemble, [Moscou n'avait] pas encore commencé les choses sérieuses". 

Ces déclarations interviennent alors que les Etats-Unis accélèrent leurs livraisons d'armes à Kyiv et que Volodymyr Zelensky faisait le point avec deux sénateurs américains en visite à Kyiv, Lindsey Graham et Richard Blumenthal. 

Pour le président ukrainien, son peuple ressent "vraiment le soutien sans faille des États-Unis d’Amérique". Il a expliqué vouloir que les femmes et les enfants ayant fui la guerre reviennent d'ici le 1er septembre, pour que la rentrée scolaires se fasse normalement. 

Dans le Donbass, les moissons ont commencé dans un contexte très compliqué : les champs sont parfois mutilés par les cratères des bombes, de nombreux agriculteurs ont fui les bombardements et la main-d'œuvre manque, laissant craindre une récolte très faible par rapport aux années normales.

Les Russes occupent plus de 20% des terres agricoles en Ukraine.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Marché de l'énergie : la mise en garde de Vladimir Poutine

L'Europe va-t-elle manquer de semences en 2023 ? Avec la guerre en Ukraine, l'inquiétude grandit

La reconstruction de l'Ukraine estimée à plus de 700 milliards d'euros