This content is not available in your region

Le Kosovo repousse d'un mois des mesures controversées qui visent la minorité serbe

Access to the comments Discussion
Par Dušan Hadži Nikolić, euronews Belgrade
euronews_icons_loading
Les Serbes du Kosovo lèvent leur barrage routier
Les Serbes du Kosovo lèvent leur barrage routier   -   Tous droits réservés  Cleared

Les tensions vont-elles baisser entre les Serbes du Kosovo et les autorités du pays ? La minorité serbe a en tout cas démantelé les barrages routiers qu'elle avait installés pour bloquer l'accès à la frontière avec la Serbie. L'objectif était de protester contre une décision de Pristina qui devait entrer en vigueur ce lundi : Pristina voulait fournir des permis de séjour temporaires aux personnes entrant au Kosovo avec une carte d'identité serbe. Une mesure de "réciprocité" puisque que Belgrade impose le même régime aux Kosovars entrant en Serbie.

Le Premier ministre kosovar accuse la Serbie d'organiser les tensions. Les représentants de la Serbie se disent prêts à prendre part au dialogue menés par l'Union européenne avec le Kosovo.

La KFOR, la force de l'Otan déployée au Kosovo avait averti qu'elle "interviendrait si la stabilité était compromise". 

Sous la pression occidentale, Pristina a repoussé la mise en oeuvre de la mesure d'un mois, au premier septembre. Mesure qui oblige également les Serbes du Kosovo, très fidèles à Belgrade, à abandonner leurs plaques d'immatriculation serbes pour des plaques kosovares.

Les mesures sont reportées d'un mois et tout le monde s'attend maintenant à ce que Pristina et Belgrade parviennent à un accord d'ici le premier septembre, afin d'éviter que des incidents comme ceux de ce dimanche ne se reproduisent. Tout était très tendu et dangereux. Reste à voir comment se déroulera la mise en œuvre de ces mesures le premier septembre.