This content is not available in your region

Centrale nucléaire de Zaporijjia : la médiation turque ?

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Le président russe Vladimir Poutine et le président turc Recep Tayyip Erdogan à Sotchi, en Russie, vendredi 5 août 2022.
Le président russe Vladimir Poutine et le président turc Recep Tayyip Erdogan à Sotchi, en Russie, vendredi 5 août 2022.   -   Tous droits réservés  Photo : Vyacheslav Prokofyev (Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP)

La centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia occupée par les troupes russes depuis mars dernier reste au cœur des préoccupations.

La centrale de nouveau déconnectée du réseau électrique

Cette dernière a "de nouveau perdu la connexion" au réseau électrique, a annoncé samedi dans un communiqué l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) dont des experts se trouvent sur place.

La dernière ligne encore en fonctionnement "a été endommagée", a expliqué l'AIEA, rappelant que les trois autres avaient été "perdues précédemment pendant le conflit".

Cet incident est survenu "après de nouveaux bombardements dans la zone", selon les informations fournies par les autorités ukrainiennes à l'instance onusienne.

Le site continue cependant à fonctionner "grâce à une ligne de secours", précise l'AIEA.

Le 25 août déjà, la centrale, la plus grande d'Europe, avait été totalement déconnectée du réseau ukrainien pour la première fois dans son histoire, avant d'être reconnectée.

La proposition de médiation turque

C'est dans ce contexte de vive préoccupation autour de la centrale que le président turc Recep Tayyip Erdogan a proposé samedi à son homologue russe Vladimir Poutine la médiation de la Turquie pour aider à résoudre la crise.

Lors d'un entretien téléphonique entre les deux hommes, "le président Erdogan a déclaré que la Turquie peut jouer un rôle de facilitation sur la centrale nucléaire de Zaporijjia, comme elle l'a fait pour l'accord sur les céréales" en juillet, a indiqué la présidence turque dans un communiqué.

Le Kremlin a confirmé une discussion entre MM. Poutine et Erdogan, indiquant que les deux dirigeants avaient confirmé "leur intention d'accroître leurs liens économiques et commerciaux", via notamment "des projets stratégiques communs dans le domaine de l'énergie".

Le communiqué de la présidence turque ne précise pas si Ankara a également proposé formellement sa médiation à l'Ukraine.

La Turquie a l'intention de présenter une proposition prévoyant, comme elle l'avait fait pour l'accord sur les céréales, la création à Istanbul d'un bureau dédié au dialogue entre des organisations internationales, la Russie et l'Ukraine pour trouver un point d'entente sur la question du contrôle technique et des inspections de la centrale.

La Turquie entretient de bonnes relations tant avec Moscou que Kyiv (Kiev en russe). Si Ankara a fourni à l'Ukraine des drones militaires, elle a refusé de se joindre aux sanctions occidentales décrétées contre la Russie après l'invasion de l'Ukraine.

En juillet, un accord entre la Russie et l'Ukraine obtenu à la suite d'une médiation turque avait permis la reprise des exportations de blé ukrainiennes entravées par le blocus maritime imposé par Moscou à Kyiv en mer Noire.