Cet article n'est pas disponible depuis votre région

La livre sterling atteint un plus bas historique face au dollar

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
Un billet de 5 pounds
Un billet de 5 pounds   -   Tous droits réservés  /AP   -  

La Livre sterling dévisse. La monnaie britannique a plongé dans la nuit pour se retrouver à 1,0350 dollar, soit son plus bas niveau historique.

Cette chute libre fait suite aux baisses d'impôts et autres mesures budgétaires annoncées vendredi par Londres, les investisseurs redoutant un dérapage des dépenses publiques dans un pays qui semble s'enfoncer dans la récession.

Vendredi, le nouveau ministre des Finances Kwasi Kwarteng avait annoncéune série de mesures de soutien aux ménages britanniques confrontés à une inflation proche de 10%. Principales mesures : un gel des factures énergétiques et des baisses d'impôts.

Les économistes évaluent l'ensemble du paquet fiscal entre 100 et 200 milliards de livres, ce qui devrait contraindre le Royaume-Uni à emprunter plus de 70 milliards de livres supplémentaires sur les marchés. Des montants colossaux qui inquiètent les opérateurs.

Kwasi Kwarteng a relativisé dimanche la réaction très négative du marché à son "mini-budget" et les accusations de favoriser les plus aisés, déclarant que son paquet de mesures "aide les gens sur toute l'échelle de revenus". Interrogé sur la chute de la livre et l'augmentation des taux d'emprunt, le ministre s'est contenté de répondre que le Royaume-Uni devait avoir "une approche plus proactive sur la croissance".

Rachel Reeves, porte-parole du parti d'opposition travailliste sur les questions financières, s'est dite "terriblement inquiète" du plongeon de la livre.

"Les marchés demandent : qui va financer toutes ces dépenses? Les taux d'emprunt des titres de dette britannique à dix ans ont bondi de 20% depuis la semaine dernière", ajoute l'analyste Ipek Ozkardeskaya.

Jeudi, le comité de politique monétaire de la Banque d'Angleterre avait remonté de 0,50 point de pourcentage son taux d'intérêt à 2,25%, pour tenter de contrer une inflation à 9,9%, le taux le plus élevé du G7. L'institut monétaire a aussi estimé que le Royaume-Uni était entré en récession pendant le troisième trimestre.