EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Royaume-Uni : Liz Truss "désolée" de ses erreurs après son changement de cap budgétaire

La Première ministre conservatrice britannique, Liz Truss.
La Première ministre conservatrice britannique, Liz Truss. Tous droits réservés Kirsty Wigglesworth/Copyright 2022 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Kirsty Wigglesworth/Copyright 2022 The AP. All rights reserved.
Par Camille Pauvarel
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La cheffe du gouvernement a présenté ses excuses à la télévision nationale et souhaite garder son poste.

PUBLICITÉ

Déjà sur la sellette après six semaines à peine au 10 Downing Street, Liz Truss plie mais ne rompt pas. Lors d'un entretien télévisé ce lundi 17 octobre au soir, la Première ministre britannique a présenté ses excuses après la décision de son nouveau chancelier de l’Echiquier, Jeremy Hunt, d'annuler la plupart des mesures de baisses d'impôts annoncées par son prédécesseur, Kwasi Kwarteng. La conservatrice de 47 ans a aussi assuré qu'elle comptait rester à son poste.

"Je reconnais que nous avons fait des erreurs, je suis désolée pour ces erreurs, mais je les ai réparées. J'ai nommé un nouveau chancelier. Nous avons restauré la stabilité économique et la discipline fiscale."
Liz Truss
Première ministre britannique

Lundi, la cheffe du gouvernement a même fait une apparition à la Chambre des communes aux côtés de son nouveau ministre des Finances pendant qu'il démantelait son programme économique.

"Nous sommes un pays qui finance ses promesses et paie ses dettes, et lorsque cela est remis en question, comme cela a été le cas, ce gouvernement prendra les décisions difficiles nécessaires pour garantir la confiance dans nos finances nationales. Cela signifie des décisions d'une difficulté extrême", a déclaré Jeremy Hunt devant les députés.

Ce revirement vise surtout à rassurer les marchés financiers qui avaient très mal réagi à l'annonce de ces réductions d'impôts jugées non crédibles. Pas sûr qu'il suffise à calmer certains députés du camp conservateur qui cherchent à l'évincer.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Liz Truss promet de sortir le Royaume-Uni de la "tempête"

Le président polonais Andrzej Duda exhorte les membres de l'OTAN à investir dans la défense

Birmingham, deuxième ville du Royaume-Uni, est en faillite