Retour sur Terre réussi pour la capsule Orion après 25 jours dans l'espace

La capsule Orion dans l'océan Pacifique
La capsule Orion dans l'océan Pacifique Tous droits réservés Mario Tama/2022 Getty Images
Tous droits réservés Mario Tama/2022 Getty Images
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Orion doit préparer le prochain voyage des humains vers la Lune prévu pour 2024. La capsule de la NASA a survolé le satellite de la terre à seulement 130 kilomètres de sa surface et s'est aventurée jusqu'à plus de 430 000 km de notre planète.

PUBLICITÉ

Après avoir passé un peu plus de 25 jours dans l'espace et s'être rendu autour de la Lune, le vaisseau Orion de la Nasa a amerri dimanche dans l'océan Pacifique, dernière étape d'une mission couronnée de succès, et préfigurant le retour des humains sur la Lune dans les années qui viennent.

L'amerrissage a eu lieu au large de l'île mexicaine de Guadalupe à 17H40 GMT (09H40 du matin heure locale).

"Je pense qu'aucun de nous n'aurait pu imaginer une mission davantage réussie", s'est félicité lors d'une conférence de presse Mike Sarafin, en charge à la Nasa de cette mission Artémis 1. "Nous avons désormais un moyen de transport vers l'espace lointain".

La capsule, qui ne comportait pas d'astronaute à bord pour ce vol test, est entrée dans l'atmosphère terrestre à une vitesse de 40 000 km/h, et a dû supporter une chaleur infernale de 2 800°C, soit la moitié de la température de la surface du Soleil.

Le vaisseau a été freiné dans sa vertigineuse descente par une série de onze parachutes, jusqu'à atteindre une vitesse d'environ 30 km/h au moment de toucher l'eau.

"Nous avons eu un amerrissage absolument parfait", s'est réjouie Melissa Jones, en charge des opérations de récupération, auxquelles la Nasa s'entraîne depuis des années.

Le succès de cette mission était crucial pour la Nasa, qui a investi des dizaines de milliards de dollars dans le programme américain de retour sur la Lune, Artémis. Après avoir ramené des humains sur la surface lunaire, son but est de préparer un futur voyage vers Mars.

L'objectif principal de cette première mission était de tester la résistance du bouclier thermique de la capsule, le plus grand jamais construit (5 m de diamètre).

Orion a survolé la Lune à seulement quelque 130 kilomètres de sa surface, et s'est aventuré jusqu'à plus de 430.000 km de notre planète, soit plus loin que tout vaisseau habitable auparavant.

Récupérer la capsule permettra de recueillir de nombreuses données déterminantes pour les missions à venir, notamment celles des capteurs d'accélérations et de vibrations à bord. Certains éléments du vaisseau doivent en outre être réutilisés pour la capsule d'Artémis 2, déjà bien avancée.

Cette deuxième mission, prévue pour 2024, emmènera un équipage jusqu'à la Lune, toujours sans y atterrir. La Nasa devrait annoncer le nom des astronautes choisis début 2023.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La fusée Falcon 9 de SpaceX est revenue sur Terre

Le vaisseau Starship "perdu" lors de sa redescente sur Terre

Les États-Unis relancent la course à l'espace en finançant des entreprises privées