EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Attaque à Jérusalem-Est : au moins 7 morts et des blessés dans un quartier de colons juifs

Les services de sécurité israéliens sur le qui-vive après l'attaque de vendredi soir à Jérusalem-Est
Les services de sécurité israéliens sur le qui-vive après l'attaque de vendredi soir à Jérusalem-Est Tous droits réservés AFP
Tous droits réservés AFP
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Attaque à Jérusalem-Est ce vendredi soir : au moins 7 morts et des blessés dans un quartier de colons juifs

PUBLICITÉ

Alors que le monde célébrait ce vendredi la journée internationale des victimes de l'Holocauste, une fusillade a éclaté vendredi soir dans le quartier Neve Yaakov de Jérusalem-Est peuplé de colons juifs.

Un bilan encore provisoire faisait état d'au moins 7 morts et de cinq blessés, selon les services d'intervention d'urgence Magen David Adom. L'assaillant, qualifié de "terroriste" par les autorités locales, a été "neutralisé"

L' auteur de la fusillade, un Palestinien résident de Jérusalem-Est âgé de 21 ans, a été abattu par des policiers après avoir pris la fuite à bord d'une voiture.

Il s'agit "d'une des pires attaques de ces dernières années" contre des Israéliens, a déclaré à la télévision israélienne Kobi Shabtai, le chef de la police.

Les Etats-Unis et la France ont rapidement condamné une attaque "épouvantable".

"C'est absolument épouvantable", a déclaré à la presse le porte-parole adjoint du département d'Etat, Vedant Patel. "Nous condamnons cette apparente attaque terroriste dans les termes les plus forts", a-t-il ajouté.

L'ambassadeur de France en Israël a qualifié sur Twitter cette fusillade d'attaque terroriste, "un acte d'autant plus ignoble qu'il a été commis en ce jour de commémoration internationale de la Shoah".

Cette attaque intervient alors que les relations israélo-palestiniennes se sont de nouveaux fortement détériorées ces derniers jours. 

Dans la nuit de jeudi à vendredi, l'armée israéliennes a procédé à des frappes aériennes sur la bande de Gaza en réponse à des tirs de roquettes enregistrés un peu plus tôt en provenance de ce petit territoire palestinien.

Les tirs de roquettes palestiniennes, interceptées pour la plupart par le système de défense antiaérien israélien, n'ont pas été revendiqués, mais les groupes armés palestiniens avaient promis de répondre au raid israélien de jeudi matin dans le camp de réfugiés de Jénine en Cisjordanie occupée.

Au moins 29 Palestiniens ont été tués depuis le début de l'année dans des violences avec des forces ou des civils israéliens.

La France a exhorté Israël et les Palestiniens "à s'abstenir d'alimenter l'escalade" et les Etats-Unis se sont dits "profondément préoccupés par l'escalade de violence".

De son côté, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a déclaré jeudi dans un communiqué que son pays "ne cherchait pas l'escalade" mais se préparait "à tous les scénarios".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Israël : le gouvernement face à la grogne, jusqu'à 100 000 manifestants à Tel Aviv samedi soir

Esplanade des Mosquées : Israël dénonce une réunion "absurde" du Conseil de sécurité de l'ONU

Les sirènes à Tel-Aviv pour la première fois depuis des mois, Hamas "tire un barrage" depuis Gaza