L'Ukraine menace de boycotter les JO 2024 à Paris si les athlètes russes sont autorisés

Archives. Un drapeau russe est tenu au-dessus des anneaux olympiques pendant les JO d'hiver à Sochi, en Russie, le 18 février 2014.
Archives. Un drapeau russe est tenu au-dessus des anneaux olympiques pendant les JO d'hiver à Sochi, en Russie, le 18 février 2014. Tous droits réservés David J. Phillip/AP
Tous droits réservés David J. Phillip/AP
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'Ukraine a réagi suite aux déclarationx du CIO affirmant qu'"aucun athlète ne devrait être interdit de compétition sur la seule base de son passeport"

PUBLICITÉ

L'Ukraine menace de boycotter les Jeux Olympiques 2024 à Paris si le CIO décidait d'autoriser les athlètes russes et biélorusses à y participer. C'est le ministre des Sports ukrainien Vadym Goutzeït qu'il l'a affirmé sur son compte Facebook.

Il indique que son pays continue à faire tout ce qu'il peut pour "empêcher les athlètes russes et bélarusses de se rendre à des compétitions internationales". "Il ne peut y avoir d'accords avec des représentants de pays terroristes" dit-il. "Tant qu'y aura une guerre dans notre pays, nous poursuivrons la politique de sanctions contre les athlètes russes et biélorusse".

МОК підтвердив свої санкції проти урядів держав-агресорок, а також свою солідарність із українськими спортсменами та...

Posted by Вадим Гутцайт on Thursday, January 26, 2023

Une réaction qui fait suite aux décalarations mercredi du Comité Olympique Internationale, affirmant qu'il fallait "davantage explorer" les moyens d'autoriser les sportifs russes et biélorusses. "Aucun athlète ne devrait être interdit de compétition sur la seule base de son passeport", a estimé le Comité.

Un position vivement dénoncée par Kiyv mais aussi par plusieurs autres pays dont la Lituanie. Mantas Knystautas est un champion de lutte lituanien. Voici ce qu'il en dit :  "Je vois cela de manière négative, c'est le moins que l'on puisse dire. La plupart des athlètes russes soutiennent l'agression en cours. Ils participent à des défilés, soutiennent la guerre dans les médias sociaux. Je ne peux pas imaginer comment un Ukrainien, dont la famille est peut être blessée ou souffre, pourrait aller se confronter à un Russe".

Certaines voix, dont la maire de Paris Anne Hidalgo, plaident pour une participation des athlètes russes mais sous "bannière neutre". Dans tous les cas, le comité d'organisation des Jeux olympiques de Paris n'a toutefois pas voix au chapitre pour décider de la participation des sportifs russes et bélarusses.

Le CIO a rappelé mercredi que c'est la fédération internationale de chaque sport concerné aux JO qui a "seule autorité" en la matière.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

J. Borrell : "Au bord d'une guerre au Moyen-Orient qui aura des répercussions sur le reste du monde"

Guerre en Ukraine : la défense aérienne reste la priorité

Allemagne : deux hommes soupçonnés d'espionnage pour la Russie arrêtés