Trafic de drogue : en une nuit, au moins trois morts dans trois fusillades à Marseille

Les quartiers nord de Marseille comptent parmi les plus pauvres de France.
Les quartiers nord de Marseille comptent parmi les plus pauvres de France. Tous droits réservés CHRISTOPHE SIMON/AFP or licensors
Tous droits réservés CHRISTOPHE SIMON/AFP or licensors
Par AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Au moins trois personnes sont décédées et trois autres sont entre la vie et la mort, touchées dans trois fusillades dans la nuit de dimanche à lundi, dans les quartiers populaires du nord de Marseille, rongés par le trafic de drogue, selon la police.

PUBLICITÉ

Au moins trois personnes sont décédées et trois autres sont entre la vie et la mort, touchées dans trois fusillades dans la nuit de dimanche à lundi, dans les quartiers populaires du nord de Marseille, rongés par le trafic de drogue, selon la police.

Ces violences ont également fait cinq blessés, dont le pronostic vital n'est pas engagé, selon la Préfecture de police des Bouches-du-Rhône et les marins-pompiers. Les enquêtes ont été confiées à la police judiciaire.

Avec les trois morts de cette nuit, ce sont 13 personnes qui ont été tuées par balle depuis le début de l'année dans la cité phocéenne, selon un décompte de l'AFP, la plupart du temps sur fond de trafic de stupéfiants dans ces cités des quartiers populaires de la deuxième ville de France gangrénées par la pauvreté, le chômage et la drogue. Les victimes de ces trois fusillades, toutes des hommes, sont âgées d'une vingtaine d'années.

Une première fusillade a éclaté autour de minuit près de la cité du Castellas, dans le 15e arrondissement. Puis une deuxième non loin, de l'autre côté de l'autoroute A7, près de la cité des Aygalades, elle aussi un de ces hauts lieux des trafics de stupéfiants qui ont entraîné plusieurs règlements de compte cette année, sur fond de luttes de territoires. C'est dans cette première fusillade, au Castellas, que la police a recensé les deux premiers morts de cette nuit. Ces deux fusillades ont également fait six blessés, dont un entre la vie et la mort.

Peu avant 01H00 du matin, une troisième fusillade a éclaté dans le 2e arrondissement de Marseille, vers la rue Vincent-Leblanc, proche du quartier portuaire de la Joliette. Une victime touchée par balle a été déclarée décédée et deux autres personnes sont en urgence absolue.

Guerres de territoires

Depuis le début de l'année 2023, plusieurs fusillades ont déjà eu lieu à Marseille avec une accélération notoire en mars.

Le 29 mars, le corps d'un jeune homme de 20 ans, vraisemblablement décédé depuis plusieurs jours, avait ainsi été retrouvé dans un terrain vague de la cité de la Paternelle (14e arrondissement) atteint de plusieurs balles. Cinq jours auparavant, un homme d'une vingtaine d'années avait été tué dans le 3e arrondissement, à proximité du quartier portuaire de la Joliette, touchés de neuf balles.

La première fusillade de l'année dans la cité phocéenne avait eu lieu dès le 1er janvier, cité de la Paternelle, près du point de deal du "Vieux Moulin", un des trois points de vente de drogue de cette cité désormais au cœur des guerres de territoires entre bandes rivales dans la ville, selon les enquêteurs. Un homme de 26 ans avait été grièvement blessé par balles. Le premier mort par balles de l'année avait lui été enregistré le 20 janvier, un homme de 43 ans visé dans un local associatif de la cité Consolat (15e arrondissement).

L'année 2022 avait été particulièrement meurtrière dans les Bouches-du-Rhône, avec 32 victimes d'homicides en bande organisée, dont 28 à Marseille, selon les chiffres du parquet. Un chiffre qui avait dépassé le record de 2016 où le parquet avait comptabilisé 31 victimes de ce type de faits.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Trafic d'animaux : 718 crânes envoyés du Cameroun vers les États-Unis saisis à Roissy

Marseille : un sixième corps découvert dans les immeubles effondrés

No Comment : 79e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe