En Hongrie, le pape appelle à retrouver l'âme de paix européenne

Le pape François prononce son discours lors d'une rencontre avec le à la basilique Saint-Étienne de Budapest, en Hongrie, le vendredi 28 avril 2023.
Le pape François prononce son discours lors d'une rencontre avec le à la basilique Saint-Étienne de Budapest, en Hongrie, le vendredi 28 avril 2023. Tous droits réservés Andrew Medichini/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le pape François, arrivé vendredi en Hongrie pour une visite de trois jours, a appelé à "retrouver l'âme européenne" face à "l'infantilisme belliqueux" sur fond de montée des nationalismes et de guerre en Ukraine.

PUBLICITÉ

Dans les rues de la capitale, placée sous haute sécurité, le jésuite argentin, 86 ans, a été accueilli par des habitants agitant des drapeaux de la Hongrie et du Vatican.

Il y passera la totalité de son séjour en raison de sa santé fragile, qui sera observée de près, un mois après son hospitalisation.

Dans son premier discours prononcé dans ce pays d'Europe centrale frontalier de l'Ukraine, le pape a déploré "le triste déclin du rêve choral de paix, tandis que les solistes de la guerre prennent la place".

"Les nationalismes recommencent à gronder", a-t-il souligné, jugeant que la politique internationale "régresse vers une sorte d'infantilisme belliqueux". "Il est donc essentiel de retrouver l'âme européenne", a insisté le souverain pontife.

"La réceptivité prophétique consiste à voir toutes choses à la lumière de l'Évangile, sans céder à la mondanité, en tant qu'hérauts et témoins de la foi chrétienne." Le pape François exhorte les ministres de l'Église en Hongrie à témoigner de l'Évangile.

Exception au sein de l'Union européenne, la Hongrie n'a pas coupé ses liens avec le Kremlin : le Premier ministre Viktor Orban se garde de critiquer le président russe et refuse d'envoyer des armes à Kyiv.

De son côté, le pape condamne l'"agression" de l'Ukraine "martyrisée" mais le Saint-Siège tente de maintenir tant bien que mal un dialogue avec Moscou, bien que sa tentative de médiation n'ait pas abouti jusqu'ici.

"Je viens en pèlerin et en ami en Hongrie, un pays riche en histoire et en culture". Le pape François exprime sa proximité avec le peuple hongrois lors de ses rencontres avec les autorités civiles et le corps diplomatique du pays.

"Colonisations idéologiques"

Quelques minutes plus tôt, François s'est entretenu avec M. Orban pendant une vingtaine de minutes, une rencontre à huis clos au cours de laquelle le Premier ministre a insisté sur la chrétienté "vectrice de paix".

Pour le dirigeant de 59 ans, qui a à cœur de promouvoir la "civilisation chrétienne", la venue du pape deux ans à peine après une escale de sept heures à Budapest apparaît comme un succès diplomatique.

"Je suis heureux, tous les yeux sont rivés sur la Hongrie", a confié à l'AFP Laszlo Temesi, un journaliste retraité présent sur le convoi de François dans l'espoir de l'apercevoir.

Dans ce pays de 9,7 millions d'habitants, dont quelque 39 % de catholiques selon les derniers chiffres datant de 2011, Viktor Orban et ses partisans sont soucieux de mettre en avant les points communs avec le chef de l'Eglise catholique, au-delà des divergences.

Dans son discours, le pape a aussi salué les valeurs chrétiennes traditionnelles portées par le gouvernement hongrois, notamment à travers ses "politiques efficaces pour la natalité et la famille".

Il a fustigé au passage les "colonisations idéologiques qui éliminent les différences, comme dans le cas de ladite culture du genre" et l'"échec tragique" de l'avortement.

"Ouverture aux autres"

Fervent défenseur des droits des réfugiés, Jorge Bergoglio a toutefois rappelé à la Hongrie son devoir d'accueil envers les migrants, insistant sur la "nécessité d'ouverture aux autres" face à "la rigidité", aux "fermetures" et à la tendance au "repli".

La Hongrie a érigé des clôtures à ses frontières et restreint le dépôt des demandes d'asile aux ambassades à l'étranger, s'attirant plusieurs condamnations de la Cour de justice de l'UE.

Dans l'après-midi, le pape a rencontré le clergé local, en présence de quelque 5 000 personnes réunies dans une ambiance de recueillement à la basilique Saint-Etienne et sur son parvis, où des écrans géants avaient été installés.

Devant la "diffusion du sécularisme", il a mis en garde prêtres, diacres et religieux contre "la tentation de se raidir, de se fermer et d'adopter une attitude de combattants".

Conscient des enjeux diplomatiques de cette visite très attendue, François a pris soin de se présenter en "ami et frère de tous", tandis que les autorités ont insisté sur le caractère spirituel de cette visite, assurant qu'il ne s'agissait pas d'un "évènement politique".

Pour son 41e voyage international depuis son élection en 2013, il rencontrera samedi des réfugiés - dont des Ukrainiens - des personnes pauvres et des jeunes, et présidera dimanche une messe en plein air.

PUBLICITÉ

Malgré son âge avancé et ses douleurs au genou l'obligeant à se déplacer avec une canne ou en fauteuil roulant, le chef de l'Eglise catholique continue de voyager. Il est le deuxième pape à se rendre en Hongrie, après les visites de Jean Paul II en 1991 et 1996.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le pape entend jouer les médiateurs pour rapatrier les enfants ukrainiens déportés en Russie

En Hongrie, le pape François appelle à accueillir des demandeurs d'asile sans distinction

La Hongrie devrait approuver l'adhésion de la Suède à l'OTAN dès lundi